Fermer
France

Bosch France table sur une légère hausse de son chiffre d’affaires en 2019

Analyse de presse de 14H00 - Le #Bosch - #Diesel
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Après une année 2018 contrastée, avec un chiffre d’affaires en baisse de 2,7 %, à 3,1 milliards d’euros, Bosch France espère un exercice 2019 mieux orienté. « Nous tablons sur une légère augmentation du chiffre d’affaires, portée par l’amélioration du contexte industriel et des prévisions encourageantes pour la plupart de nos divisions en France, et ce, malgré la baisse de la demande sur le marché diesel, à laquelle nous faisons face », a expliqué Heiko Carrie, président de Bosch France-Benelux. « On voit une dynamique, qui pourrait être encore plus grande sans le problème du diesel », a-t-il déclaré à l’AFP, ajoutant que « le diesel moderne n’a rien à voir avec l’ancien ».

La « pollution » des moteurs diesel actuels est « de moins en moins importante, voire négligeable », a expliqué M. Carrie, rappelant qu’en termes de CO2, le diesel faisait « mieux que l’essence ». « Si on arrête maintenant l’amélioration des [moteurs] diesel, on perd une technologie où l’on est champions en Europe », a poursuivi le président de Bosh France. D’après les prévisions de l’équipementier, 75 % des voitures auront encore un moteur thermique à l’horizon 2030.

Le déclin des moteurs diesel, dans la foulée du « Dieselgate » en 2015, est à l’origine des difficultés de l’usine de Rodez (Aveyron), qui était dédiée à cette technologie. En 2018, Bosch avait estimé que 600 emplois étaient potentiellement menacés sur ce site. Sur ce nombre, 300 postes ont été maintenus sur une ligne de fabrication d’injecteurs de dernière génération, avec à la clé un investissement de 14 millions d’euros. Plus largement, Bosch France va poursuivre la modernisation de ses sites de production grâce à un budget de 60 millions d’euros.

Les 300 autres doivent être préservés par la diversification des activités, notamment dans l’aéronautique et l’horlogerie, et par la réaffectation à Rodez de la fabrication de barres de torsion. Le groupe y a aussi implanté une équipe dédiée à des solutions d’industrie du futur, en coopération avec sa filiale Rexroth.

Plus largement, l’année 2018 a permis de réaliser une « solide performance » dans le pôle mobilité (automobile) grâce au secteur des pièces de rechange et aux systèmes d’aide à la conduite, a complété Heiko Carrie, évoquant par ailleurs une « piste prometteuse » au centre de recherche et développement de Sophia Antipolis, qui développe des algorithmes pour des caméras embarquées. Bosch emploie en France plus de 7 300 personnes sur 29 sites, dont 10 centres de R&D.

Source : JOURNALAUTO.COM (4/6/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.