Fermer
France

Baisse prévue du marché des véhicules industriels en 2020

Analyse de presse de 14H00 - Le #Immatriculations - #Observatoire du véhicule industriel - #Prévisions - #Véhicule industriel
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le marché français des véhicules industriels (VI de plus de 3,5 tonnes) devrait baisser d’environ 10 % en 2020, tout en restant à un niveau « positif », prévoit l’Observatoire du véhicule industriel (OVI) de BNP Paribas. L’OVI attend un marché français « en baisse sensible […] autour de 50 000 » camions neufs, mais estime « qu’il s’agirait à ce niveau d’un marché encore positif », après « un haut de cycle exceptionnel en 2019 ».

L’an dernier, 55 250 véhicules industriels neufs ont été immatriculés dans le pays, un chiffre en hausse de 2,4 %, alors que l’Observatoire prévoyait un fléchissement. « 2020 devrait connaître une décrue naturelle qui, nous l’espérons, restera contenue » après « un excellent cru » 2019, a déclaré Jean-Michel Mercier, directeur de l’OVI, cité dans un communiqué.

« Il est probable que 50 000 unités annuelles correspondent au potentiel optimum du marché VI français », estime l’Observatoire.

Les immatriculations de véhicules industriels sont considérées comme un indicateur avancé de la conjoncture, car elles sont étroitement liées à la santé du transport de marchandises et à la croissance économique. L’OVI s’est félicité que, sur l’année 2019 la croissance française, bien qu’en retrait par rapport à 2018, « affiche un niveau supérieur à la moyenne européenne ». Il note cependant des inquiétudes liées à la faible conjoncture allemande, aux tensions commerciales et géopolitiques et au Brexit.

L’activité du transport routier de marchandises français a progressé de 2,2 % au deuxième trimestre de 2019, après avoir enregistré une hausse de 3,9 % au premier trimestre, mais le secteur souffre d’une « fiscalité mal ciblée » et d’un « déficit de recrutement », note l’Observatoire. Le moral des chefs d’entreprise de la branche « continue à baisser au 3ème trimestre 2019 » alors que les professionnels constatent un « net ralentissement » de l’activité sur les neuf premiers mois de l’année.

Source : AFP (16/1/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.