Fermer
France

Automatisation de la conduite : comment s’imbriquent technologies et stratégies

Le #Conduite autonome - #Divers
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Existent-ils encore des technologies à maîtriser ou des fonctions difficiles à réaliser ? De moins en moins, répondent les équipementiers. La quasi-totalité des briques technologiques existent et les difficultés relèvent désormais de la maîtrise des coûts et des désirs de l’automobiliste. Les réponses techniques apportées par les équipementiers convergent petit à petit et visent une « approche mathématique » de « 10 puissance -9, soit moins d’un problème de fonctionnement sur ces systèmes pour un milliard de kilomètres parcourus », explique Guillaume Devauchelle, directeur de l’innovation et du développement scientifique de Valeo. Ce qui correspond à 600 accrochages et accidents en une année en France, soit une division par 100 du nombre des accidents ayant occasionné au moins un blessé léger, donc sans compter tous les petits accrochages de moindre importance.

La dizaine d’équipementiers majeurs présents sur ce marché se divisent en deux groupes : ceux qui se concentrent sur la partie détection et analyse (Valeo, Delphi, Autoliv, Hella) et les allemands (Bosch, Continental, ZF), qui proposent une approche complète, de la détection à l’actionnement des systèmes de freinage ou de direction. Chez ZF, cette approche globale s’appuie sur une maîtrise de l’ensemble des éléments de sécurité, tant passive qu’active. Cela commence par les ceintures de sécurité, dont nous pourrions croire l’usage définitivement acquis alors qu’il n’en est rien : 30 % des 3 300 morts constatés en France l’an dernier ne portaient pas la ceinture de sécurité. Le bon usage des systèmes mis à disposition par les constructeurs reste encore un paramètre de sécurité important.

La conduite autonome pourrait également bousculer le schéma des relations entre les constructeurs et les équipementiers. Les premiers, à l’image du Groupe PSA, désirent maîtriser les systèmes et leur architecture, comme l’a indiqué récemment Gilles Le Borgne, directeur R&D du constructeur : « je veux composer le meilleur système en choisissant la caméra chez l’un, le radar chez l’autre, de même pour l’électronique et l’ESP ». Face au bouleversement potentiel de l’usage de l’automobile, les constructeurs désirent réaliser une synthèse technique plus profonde que sur d’autres équipements. Et cela tout en s’appuyant sur des équipementiers experts. (AUTOSTRATINTERNATIONAL 26/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.