Fermer
France

Après-vente : Renault entame un nouveau chantier logistique pour que son réseau reste la référence du marché

Le #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Après plusieurs années de relative passivité, certains constructeurs ont engagé de grandes manœuvres logistiques pour améliorer la disponibilité de leurs pièces, la disponibilité étant le premier critère d’achat d’une pièce pour un réparateur. Chez Groupe PSA, c’est en train de se concrétiser par la mise en place de plateformes gérées par des distributeurs volontaires (en parallèle de la suppression de l’activité pièces dans le réseau). Au sein du groupe Volkswagen, l’amélioration de la disponibilité des pièces est passée par une optimisation des stocks des distributeurs et une réorganisation du stock central du constructeur à Villers-Cotterêts (Aisne). Face à ces offensives, la distribution traditionnelle – qui avait toujours eu une longueur d’avance dans ce domaine – a décidé de répliquer. Autodistribution a par exemple annoncé récemment l’implantation d’un site logistique totalement automatisé.

C’est maintenant au tour de Renault, première marque du parc circulant, de s’emparer de ce sujet logistique. « Nous sommes aujourd’hui le benchmark de la rechange constructeur avec un taux de service dans notre réseau situé en moyenne entre 86 % et 87 %. Nous voulons donc conserver notre positionnement de leader en améliorant à notre tour notre modèle logistique », explique Pierre-Michel Erard, directeur après-vente de Renault France. Mais Renault n’optera pas pour une solution aussi radicale que celle de Groupe PSA. Le constructeur a plutôt choisi de mettre en œuvre un modèle emprunté à Volkswagen Group France, consistant à renverser le ratio commandes de stock et commandes d’urgence dans le réseau. « Notre objectif est de faire basculer le réseau dans un système de commandes de stock quotidiennes », indique M. Erard.

Comme chez son homologue allemand, cela passera en aval par une révision du stock des distributeurs, pour qu’il augmente en largeur mais qu’il baisse en profondeur afin que sa valeur reste stable. Le stock des distributeurs passera ainsi de 6 000 à 8 000 références en moyenne aujourd’hui à 10 000 références. En amont, pour être en mesure de livrer quotidiennement les commandes de stock, Renault va devoir modifier son plan national logistique. Un chantier qui débutera en 2017 pour être opérationnel d’ici à la fin de l’année 2018. « Cette révision de notre modèle logistique doit nous permettre d’améliorer le taux de service du réseau pour l’amener à 92 % », précise M. Erard. Un objectif ambitieux qui se traduira mécaniquement par une augmentation des ventes externes (vers les professionnels) et du chiffre d’affaires pièces, deux croissances que le dirigeant n’a pas encore chiffrées. (AUTOACTU.COM 18/5/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.