Fermer
France

Alstom entre au capital d’EasyMile

Le #Conduite autonome - #Divers - #Participation
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le constructeur ferroviaire Alstom siège désormais au conseil d’administration d’EasyMile, start-up qui développe une navette autonome et électrique destinée au créneau du dernier kilomètre. Le groupe français a annoncé le 19 janvier avoir investi 14 millions d’euros dans la start-up, en parallèle d’un accord de partenariat commercial ayant pour but d’unir leurs forces « pour proposer des solutions intégrées destinées au transport urbain ».

EasyMile, fondée en 2014 et comptant une soixantaine de salariés, possède déjà des bureaux à Singapour et à Denver. Avec ces fonds, la start-up pourra poursuivre son développement en R&D, mais aussi bénéficier de la force de frappe commerciale d’Alstom et de ses implantations dans le monde entier. Le constructeur ferroviaire voit, lui, un moyen d’élargir « ses connaissances dans les technologies sans conducteur », a déclaré Bruno Marguet, directeur Stratégie chez Alstom.

C’est une course à distance que se livrent les deux concurrents EasyMile et Navya, qui levait en octobre dernier la somme de 30 millions d’euros auprès de Valeo et Keolis notamment. La navette de ce dernier est actuellement expérimentée à Lyon et achève des essais d’implantation à Las Vegas. A Paris, EasyMile a effectué des tests de circulation le 26 septembre 2016, en accord avec la RATP et la Ville de Paris, pour une véritable expérimentation dès fin janvier 2017. « Depuis avril 2015, l’EZ10 (la navette d’EasyMile) a été déployée sur plus de cinquante sites dans quatorze pays d’Asie, en Amérique du Nord, au Moyen-Orient et en Europe », révèle Alstom, qui compte permettre à la start-up de rattraper un léger retard de développement sur son concurrent lyonnais. (JOURNALAUTO.COM 19/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.