Fermer
Allemagne

Affaire VW : vers un procès contre MM. Diess, Pötsch et Winterkorn

Analyse de presse de 14H00 - Le #Affaire VW - #Conseil de surveillance - #Diesel - #Diess - #Justice - #Manipulations - #Procès - #Scandale des moteurs truqués - #Volkswagen - #Winterkorn
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans le cadre du scandale des moteurs truqués du groupe Volkswagen, un nouveau procès est en vue. Il concernera cette fois l’ancien président du groupe allemand, Martin Winterkorn, l’actuel président, Herbert Diess, et l’actuel président du conseil de surveillance, Hans-Dieter Pötsch.

Ces trois dirigeants sont accusés de « manipulation de cours boursier ».

Le parquet de Brunswick a en effet demandé le renvoi devant la justice des trois hommes, mis en accusation pour avoir « sciemment » informé « trop tard » les marchés financiers des conséquences financières du scandale des moteurs truqués, qui allaient se chiffrer en « milliards » d’euros, ce qui a donc « influencé le cours boursier » de Volkswagen.

Pour rappel, le groupe Volkswagen avait concédé en septembre 2015 avoir utilisé un logiciel truqueur visant à sous-estimer les niveaux d’émissions de ses véhicules diesel. Or, les trois dirigeants auraient été au courant de cette fraude plusieurs semaines voire mois avant que le scandale n’éclate et ont failli à en informer correctement les marchés.

Selon l’acte d’accusation, M. Winterkorn aurait été au courant « au plus tard depuis mai 2015 », M. Pötsch (alors directeur financier) « depuis le 29 juin 2015 » et M. Diess « depuis le 27 juillet 2015 ».

Le scandale a en premier lieu éclaté aux Etats-Unis puis a fait tâche d’huile sur les marchés internationaux. Le groupe Volkswagen a admis avoir équipé 11 millions de véhicules d’un logiciel truqueur.

L’affaire avait entraîné une chute du cours de l’action Volkswagen, et donc des pertes majeures pour les actionnaires du constructeur allemandes (qui sont d’ailleurs engagés en parallèle dans une procédure en recours collectif).

M. Diess, actuellement à la tête du groupe Volkswagen, avait déclaré en marge du Salon de Francfort, qu’il ne comptait pas démissionner s’il était renvoyé devant la justice. Les avocats des trois plaignants et de Volkswagen se sont dit surpris de ce renvoi devant la justice et ont indiqué qu’ils jugeaient les plaintes infondées.

Suite à ce renvoi devant la justice des trois dirigeants, il est aujourd’hui très probable que le procès contre MM. Winterkorn, Diess et Pötsch soit validé par le tribunal de Brunswick.

Cette procédure s’ajouterait au procès en préparation contre M. Winterkorn (pour fraude aggravée, abus de confiance et violation de la loi contre la concurrence déloyale), ainsi qu’à celui contre Rupert Stadler, l’ancien patron d’Audi, renvoyé devant la justice fin juillet.

Pour rappel, le scandale des moteurs truqués a déjà coûté plus de 30 milliards d’euros au groupe Volkswagen (en amendes, frais juridiques et dédommagements).

Suite à l’annonce de ce renvoi devant la justice de M. Diess et de M. Pötsch, tous deux encore en fonction, le conseil de surveillance de Volkswagen s’est réuni en session extraordinaire. Le conseil a confirmé que les deux dirigeants allaient conserver leur poste malgré la menace d’un procès.

Source : AFP, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG, SPIEGEL, SÜDDEUTSCHE ZEITUNG, ZEIT (24/9/19), AUTOMOBILWOCHE (24 et 25/9/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.