Fermer
Allemagne

Affaire VW : une première plainte en Allemagne contre le constructeur

Le #Plainte - #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’association allemande de défense des droits des consommateurs myRight a intenté mardi la première action en justice contre Volkswagen en Allemagne, réclamant que le groupe indemnise ses clients en Europe à la suite du scandale de manipulation des tests d’émission de gaz polluants.

En effet, Volkswagen s’est engagé à verser plusieurs milliards de dollars pour indemniser les propriétaires de voitures diesel aux Etats-Unis (cf. revues de presse des 29/6/16 et du 16/11/16), mais a jusqu’ici exclu toute compensation pour les 8,5 millions de véhicules concernés en Europe, optant plutôt pour le retrait des logiciels de trucage.

L’association MyRight, qui a rassemblé plus de 100 000 propriétaires de voitures du groupe Volkswagen via son site internet, accuse le groupe d’avoir violé la loi européenne en vendant des voitures dotées de logiciels interdits par la réglementation de l’Union européenne.

Plutôt que de réclamer une indemnisation pour la baisse de valeur du véhicule, myRight veut forcer Volkswagen à reprendre les voitures au prix d’origine, a expliqué son fondateur Jan-Eike Andresen.

MyRight a mandaté le cabinet d’avocats américain Hausfeld pour cette affaire. Hausfeld représente déjà des propriétaires de voitures du groupe allemand ainsi que des actionnaires des deux côtés de l’Atlantique.

Le groupe de Wolfsburg a indiqué que les logiciels au cœur du scandale des émissions polluantes n’enfreignent pas la législation européenne et a refusé de commenter l’action intentée par myRight.

« Nous avons pris note que myRight a annoncé avoir déposé une plainte en justice sur les diesel le 3 janvier. Ces plaintes ne nous ont pas encore été rendues accessibles, ce qui fait que nous ne pouvons pas faire de commentaire sur leurs contenus pour le moment », a déclaré le constructeur. (BLOOMBERG, AUTOMOBILWOCHE, FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG, HANDELSBLATT, SPIEGEL 3/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.