Fermer
Allemagne

Affaire VW : la justice allemande étend son enquête

Le #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans le cadre du scandale des moteurs truqués, la justice allemande étend son enquête déjà en cours, en portant de 21 à 37 le nombre de personnes inculpées. L’ancien président du groupe Volkswagen Martin Winterkorn compte parmi ces accusés.

Le parquet de Brunswick, qui gère cette affaire, a souligné que sa décision d’étendre son enquête était le résultat de ses propres investigations et qu’elle ne découlait pas des inculpations réalisées aux Etats-Unis.

Malgré son départ provoqué par l’ampleur du scandale, Martin Winterkorn a toujours affirmé qu’il n’était au courant de rien, ce qu’il a réaffirmé la semaine dernière devant une commission parlementaire allemande (cf. revue de presse du 20/1/17).

Mais selon le parquet, les investigations menées, les données saisies par les enquêteurs ainsi que les auditions de témoins apportent des « éléments suffisants » laissant penser que M. Winterkorn a pu avoir été au courant de cette tricherie plus tôt qu’il ne l’affirme.

Dans le cadre de l’enquête élargie du parquet de Brunswick, 28 endroits au total ont été perquisitionnés en Allemagne. Les lieux fouillés sont à la fois des habitations et des bureaux, a indiqué le parquet, ajoutant que l’examen des pièces prélevées devrait maintenant durer plusieurs semaines.

M. Winterkorn est également visé par une enquête toujours en cours sur des soupçons de manipulation du cours de l’action. Cette enquête est également conduite par le parquet de Brunswick et elle vise à déterminer si la direction de Volkswagen a bien informé les marchés financiers du scandale en temps et en heure.

La chute de l’action du constructeur à la Bourse de Francfort avait été violente dans les jours suivant l’éclatement de l’affaire, provoquant de fortes pertes pour les investisseurs. Le titre a depuis bien remonté la pente et, environ un an et demi après, il n’affichait plus qu’un recul d’environ 10% par rapport à avant le scandale.

Si l’enquête venait à confirmer que M. Winterkorn était au courant à l’avance du scandale, cela pourrait encore alourdir la facture pour Volkswagen, dont les 18 milliards d’euros provisionnés pour répondre de ses agissements sont d’ores et déjà insuffisants.

En effet, rien qu’aux Etats-Unis, le constructeur a plaidé coupable pour fraude et s’est engagé à verser plus de 20 milliards de dollars au total de pénalités. (AFP, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, AUTOMOBILWOCHE, SPIEGEL, SÜDDEUTSCHE ZEITUNG 27/1/17, ECHOS 29/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.