Fermer
Etats-Unis

Affaire Volkswagen : le constructeur pensait pouvoir régler le problème à l’amiable avec les autorités américaines

Le #Bourse - #Enquête - #Plainte - #Volkswagen
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Volkswagen aurait tardé à annoncer les manipulations des niveaux d’émissions de ses véhicules diesel, car il croyait jusqu’au bout pouvoir trouver un arrangement à l’amiable avec les autorités américaines. Le constructeur s’est ainsi dit pris au dépourvu suite à la révélation publique de cette affaire.

« La communication au public de la problématique du diesel par l’EPA (Agence américaine en charge de la protection de l’environnement) a pris la direction de Volkswagen par surprise », selon un document juridique qui détaille sur plus de 100 pages l’affaire des moteurs truqués.

Ce document a été communiqué au tribunal de Brunswick, dans le cadre d’une enquête sur une possible violation par Volkswagen de ses obligations de communication à l’intention des marchés financiers (voir rubrique Allemagne).

Le document explique en outre que « par le passé, le recours à des trucages logiciels […] par d’autres constructeurs a toujours été réglé à l’amiable, c’est-à-dire sanctionné par une amende raisonnable », sans être révélé au public. Ce qui explique la surprise ressentie par Volkswagen et le délai qu’il lui a fallu pour admettre ses manipulations.

Le document indique également que des discussions concernant les manipulations des niveaux d’émissions étaient déjà en cours depuis plus d’un an entre la filiale américaine de Volkswagen et les autorités locales, mais que le constructeur n’arrivait ni à les expliquer de manière convaincante ni à les corriger.

Néanmoins, si des discussions et mémos sont parvenus jusqu’au plus haut niveau de la direction de Volkswagen, le document indique que les manipulations n’étaient qu’un sujet parmi d’autres pour les dirigeants.

L’ancien président Martin Winterkorn aurait toutefois ordonné une enquête approfondie à l’été 2015, contrecarrée par le silence de « quelques techniciens » au courant de la tromperie. Le document se tient donc à la version selon laquelle seule une poignée d’ingénieurs étaient au courant.

Volkswagen fait l’objet d’une multitude de plaintes et d’enquêtes dans différents pays et les avocats de Volkswagen plaident pour que toutes les plaintes concernant la communication aux marchés fassent l’objet d’une procédure commune au tribunal de Brunswick. (AFP 7/3/16, REUTERS 8/3/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.