Fermer

Analyse de
presse de 14H00

Télécharger
Icone
Icone de twitter
UTACCERAM Icone de retweet
RT @UTACCERAM: Malgré la période de confinement, UTAC CERAM poursuit sa politique de croissance ambitieuse Nous maintenons nos
Icone de twitter
Groupe_Renault Icone de retweet
RT @Groupe_Renault: On we talk about MotorsportsWinking face and particularly Did you know that most of our @RenaultF1Team #Fridays #F1
Icone de twitter
GroupePSA Icone de retweet
RT @GroupePSA: Le 2019 du est en ligne ! Pour la 5ème année consécutive, le Groupe reçoit le niveau « Advanced » #RapportRSE #GroupePSA
VOIR SUR TWITTER
Derniers tweets
Allemagne

Dieselgate : deux patrons de Volkswagen évitent un procès avec un accord à 9 millions d’euros

#Amende - #Dieselgate - #Volkswagen
Volkswagen a annoncé le 19 mai la conclusion d'un accord avec la justice allemande pour mettre fin, en échange du versement de 9 millions d'euros,...

Volkswagen a annoncé le 19 mai la conclusion d’un accord avec la justice allemande pour mettre fin, en échange du versement de 9 millions d’euros, aux poursuites engagées contre les présidents de son directoire et de son conseil de surveillance dans l’un des volets financiers du scandale des émissions polluantes du groupe allemand. Herbert Diess, président du directoire, et Hans Dieter Pötsch, président du conseil de surveillance, étaient accusés de manipulation de marché devant le tribunal de Brunswick, dans le Land de Basse-Saxe où se trouve Wolfsburg, siège de Volkswagen.

Le groupe automobile a reconnu en septembre 2015 avoir eu recours à un logiciel de manipulation des émissions polluantes de ses moteurs diesel pour fausser les tests aux Etats-Unis, ce qui avait provoqué l’effondrement du cours de son action en Bourse. Le parquet de Brunswick soupçonnait MM. Diess et Pötsch d’avoir tardé à informer les investisseurs sur les agissements du constructeur. Des accusations que les intéressés ont toujours fortement contestées, par la voix de leurs avocats. « Le conseil de surveillance de Volkswagen AG se félicite de la clôture de la procédure », a salué le constructeur mardi dans la soirée.

Le groupe Volkswagen a accepté de prendre en charge le paiement car il n’a pas identifié de « manquements aux devoirs envers l’entreprise » de la part des deux dirigeants, a précisé un porte-parole, pour qui « il est dans l’intérêt du groupe de mettre fin à ces procédures ».

Fin septembre 2019, le parquet avait renvoyé les deux dirigeants pour « manipulation de cours boursier », aux côtés de l’ancien patron Martin Winterkorn. L’accord ne couvre pas l’ex-PDG, dont les avocats, sollicités par l’AFP, n’ont pas répondu. M. Pötsch reste visé par une enquête du parquet de Stuttgart pour manipulation des marchés. L’ancien patron de la marque Audi, Rupert Stadler, attend aussi un procès.

Le « dieselgate » a déjà coûté plus de 30 milliards d’euros au constructeur allemand. L’essentiel de cette somme a pour l’heure été déboursé aux Etats-Unis, notamment pour généreusement indemniser les clients pour la reprise de leurs véhicules. En Allemagne, le constructeur a payé trois amendes d’un total de 2,3 milliards d’euros.

Fin avril, un autre volet judiciaire de ce scandale tentaculaire s’est refermé : dans le cadre d’un accord à l’amiable, Volkswagen va débourser au moins 750 millions d’euros pour rembourser 235 000 clients regroupés dans un procès sans précédent en Allemagne, similaire à une « class action » à l’américaine.

Source : ECHOS (20/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
Espagne

Le gouvernement espagnol présente sa loi de transition énergétique

#ANFAC - #Espagne - #Gouvernement - #Neutralité carbone
Le gouvernement espagnol a présenté le 19 mai un projet de loi de transition énergétique visant à atteindre la neutralité carbone en 2050 La...

Le gouvernement espagnol a présenté le 19 mai un projet de loi de transition énergétique visant à atteindre la neutralité carbone en 2050. La transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique « doivent être les piliers sur lesquels reposent la reconstruction sociale et économique » après la crise provoquée par la pandémie de nouveau coronavirus, a déclaré la porte-parole du gouvernement Maria Jesus Montero à l’issue du conseil des ministres.

Outre la neutralité carbone en 2050 – qui suppose que les émissions de gaz à effets de serre soient compensées par des mécanismes d’absorption -, le texte vise à doter l’Espagne d’un réseau électrique d’origine 100 % renouvelable à la même date. Le gouvernement veut que tous les nouveaux véhicules soient « zéro émissions » d’ici à 2040 et veut imposer l’installation de bornes de recharge électrique dans les plus grosses stations-service.

La fédération des constructeurs d’automobiles Anfac a jugé « positif » ce texte, soulignant qu’il fixait un « horizon de travail progressif ». Parmi les objectifs phares figure la réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20 % d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990.

Source : AFP (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
Royaume-Uni

Le Royaume-Uni offre une protection post-Brexit à ses constructeurs d’automobiles

#Brexit - #SMMT - #Tarifs douaniers
Le gouvernement britannique va offrir une protection post-Brexit à son industrie automobile en maintenant des droits de douane de 10 % sur les...

Le gouvernement britannique va offrir une protection post-Brexit à son industrie automobile en maintenant des droits de douane de 10 % sur les voitures importées de pays avec lesquels la Grande-Bretagne n’a pas d’accord commercial, tout en réduisant les taxes sur les matières premières utilisées dans la production d’automobiles. Le 19 mai, le gouvernement a annoncé un nouveau régime tarifaire qui servira de base aux négociations d’accords de libre-échange avec l’Union européenne, les Etats-Unis et d’autres pays. La taxe de 10 % s’appliquera aux exportations de l’UE vers le Royaume-Uni, à moins que la Grande-Bretagne et l’Europe ne parviennent à un accord commercial.

La nouvelle grille tarifaire mondiale britannique entrera en vigueur en janvier 2021, lorsque la réglementation de l’UE ne s’appliquera plus en Grande-Bretagne, a déclaré le gouvernement. Le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne à la fin du mois de janvier, mais respectera le programme fiscal de la région pendant une période de transition qui doit prendre fin le 31 décembre 2020. Le gouvernement britannique espère conclure un accord avec l’UE pour poursuivre le commerce en libre-échange. « Notre nouvelle grille tarifaire mondiale profitera aux consommateurs et aux ménages du Royaume-Uni en réduisant les formalités administratives et le coût de milliers de produits courants », a déclaré Liz Truss, secrétaire au Commerce international.

L’annonce du gouvernement renforce « le besoin crucial pour le Royaume-Uni d’obtenir des accords de libre-échange, en commençant par notre plus grand partenaire commercial, l’UE, mais aussi avec d’autres marchés mondiaux clés, y compris les Etats-Unis, le Japon et la Turquie », a déclaré l’association des constructeurs britanniques SMMT. « Nous devons éviter toutes les barrières tarifaires ou les obstacles qui ajoutent des coûts et réduisent le choix pour les consommateurs, et qui se traduiraient par des obstacles similaires à l’exportation, ce qui minerait la compétitivité de la production au Royaume-Uni », a déclaré le président de la SMMT Mike Hawes dans un communiqué.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
Japon

Mitsubishi a subi une perte nette en 2019/2020

#Mitsubishi - #Résultats financiers
Mitsubishi Motors a annoncé avoir subi une perte nette sur l'exercice clos le 31 mars 2020, durant lequel son activité a souffert de la guerre...

Mitsubishi Motors a annoncé avoir subi une perte nette sur l’exercice clos le 31 mars 2020, durant lequel son activité a souffert de la guerre commerciale sino-américaine puis de la pandémie de coronavirus.

Le constructeur japonais, qui avait réalisé un bénéfice net de 132,9 milliards de yens en 2018/19, a publié une perte nette de 25,8 milliards de yens (220 millions d’euros), conforme à sa dernière prévision livrée fin avril. Son bénéfice opérationnel a fondu de près de 90 %, à 12,8 milliards de yens, et son chiffre d’affaires a reculé de 10 %, à 2 270,3 milliards de yens (19,3 milliards d’euros). Les ventes en volume ont baissé de 9 %, à 1,12 million d’unités.

Mitsubishi a expliqué que la demande automobile avait été faible dans sa principale région d’activité, l’Asie-Pacifique, d’abord en raison du ralentissement économique en Chine sur fond de guerre commerciale avec les Etats-Unis, puis sous l’effet de la crise du coronavirus au dernier trimestre de son exercice (janvier-mars). “L’activité économique a commencé à repartir par étapes dans certains pays”, mais la fin de la crise du coronavirus n’est pas encore en vue, a ajouté le constructeur, qui a de ce fait reporté sine die ses prévisions de résultats pour l’exercice en cours.

Face à cette crise sans précédent, qui l’a contraint dernièrement à suspendre sa production à l’étranger comme au Japon, Mitsubishi a emprunté 162 milliards de yens auprès de sept banques, a précisé l’entreprise.

Source : AFP (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

PSA Retail met tout en œuvre pour retrouver sa rentabilité

#Coronavirus - #PSA Retail - #reprise
« Avant la crise, PSA Retail était profitable, et ce depuis 3 ans Retrouver la rentabilité [après deux mois de confinement] est la priorité...

« Avant la crise, PSA Retail était profitable, et ce depuis 3 ans. Retrouver la rentabilité [après deux mois de confinement] est la priorité absolue, tout est fait pour », indique Anne Abboud, directrice de la filiale du Groupe PSA. La relance passe d’abord par le VO : PSA Retail offre ces jours-ci une remise de 1 500 euros sur 2000 occasions en stock : « Il faut re-stimuler le marché, ce que nous avons fait dès le 1er mai. Il semble assez bien réagir, que ce soit au niveau des volumes comme des prix de transactions », explique la directrice. Car de stimuli, l’atelier n’en a pas vraiment eu besoin : « La reprise en après-vente est correcte », continue Mme Abboud, faisant même état d’une certaine « pression » au niveau des rendez-vous.

L’activité de vente des véhicules neufs se révèle en revanche plus timide : « Le redémarrage est plus lent », indique la dirigeante, qui se satisfait tout de même d’un carnet de commandes resté stable durant les semaines de confinement. Ce sont 55 000 véhicules neufs que PSA Retail devra livrer en Europe dans les mois à venir.

Les semaines de fermeture forcée ont tout de même eu un côté positif : elles ont permis à PSA Retail de bien développer des processus qui n’étaient pas encore totalement aboutis. Ainsi, la procédure de livraison à domicile des véhicules neufs ou d’occasion a connu un certain essor : « Il s’agit de quelque chose que nous pratiquions déjà pour les clients flottes de la marque DS. Désormais, cela concerne aussi les particuliers, environ 10 % d’entre eux l’ont déjà souhaité pour se faire livrer un VO », souligne Mme Abboud.

« La période de confinement nous a aussi permis de réaliser des vidéos sur 100 % du stock d’occasions. Désormais, toute offre sur le stock VO à particuliers est assortie d’une vidéo », explique par ailleurs la directrice. En après-vente aussi, la vidéo est devenue incontournable en l’espace de quelques semaines. Les procédures de prise en charge comme de restitution des véhicules ont connu un certain raccourcissement du fait des normes sanitaires à respecter. Le tour du véhicule, effectué à la prise en charge, est moins exhaustif qu’auparavant. PSA Retail a donc mis en place « vidéo check », une idée venue de Grande-Bretagne. Chaque mécanicien se transforme désormais en vidéaste amateur pour quelques minutes. Il réalise le tour complet du véhicule avec une caméra afin de présenter les points à corriger au client. Après envoi des images, il recueille ou non l’accord du propriétaire du véhicule pour effectuer les travaux. D’autres idées liées au numérique seraient encore dans les cartons de PSA Retail : « Dématérialisation du contact client, diagnostic en ligne… Il n’y a pas qu’un seul sujet », remarque Mme Abboud.

Certaines idées seront d’ailleurs rendues possibles grâce à l’électrification progressive du parc. Car crise du Covid-19 ou pas, les distributeurs et leurs dirigeants ont toujours des objectifs à tenir en la matière d’ici à la fin de l’année : « En avril, environ 14 % des commandes de VN de PSA Retail portaient sur des véhicules électriques. Certes, c’était sur un petit volume [les commandes auraient chuté de 80 % environ], mais il s’agit tout de même d’un signal intéressant », termine la dirigeante.

Source : LARGUS.FR (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Renault se dote d’une ligne de fabrication de masques à Flins

#Coronavirus - #Masques - #Renault - #Usine
Le groupe Renault annonce aujourd’hui se doter d’une ligne de fabrication de masques pour subvenir à ses besoins et garantir la santé et la...

Le groupe Renault annonce aujourd’hui se doter d’une ligne de fabrication de masques pour subvenir à ses besoins et garantir la santé et la sécurité de ses collaborateurs sur l’ensemble de ses sites et son réseau commercial en Europe (sites industriels, tertiaires, et réseau de concessions Renault et privé). Cette unité de production sera implantée dans l’usine Renault de Flins et démarrera sa production au mois de juillet. Elle permettra de concevoir jusqu’à 1,5 million de masques de type chirurgical par semaine.

En s’équipant d’une ligne de fabrication de masques de technologie française, le groupe entend mettre en place une solution pérenne pour sécuriser ses approvisionnements, faire face aux risques de pénurie, de délais et d’inflation des prix, et ainsi contribuer à diminuer la forte pression de la demande sur ce marché. Cette décision a été prise en concertation avec les médecins et le département HSE (Hygiène, Santé, Environnement) du constructeur, dans le prolongement du référentiel sanitaire déployé localement et dont la priorité absolue demeure la santé des personnes concernées par la reprise d’activité.

Une vingtaine de collaborateurs seront formés en juin par le fabriquant de l’unité de production pour être affectés à cette zone de fabrication de masques. La ligne respectera les standards sécurité du groupe et les masques produits seront certifiés selon les normes en vigueur.

Le projet prévoit l’aménagement d’un bâtiment de 1 000 m2 sur le site de l’usine de Flins, pour accueillir la ligne de production, ainsi que les surfaces logistiques associées. La production sera ensuite envoyée et centralisée sur le site de Saint André de l’Eure (Sofrastock), avant répartition entre les différents établissements français et européens.

Source : COMMUNIQUE DE PRESSE RENAULT (20/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche

Retrouvez toutes les analyses de 14h

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES