Fermer

Analyse de
presse de 14H00

Télécharger
Icone
Icone de twitter
UTACCERAM Icone de retweet
RT @UTACCERAM: Malgré la période de confinement, UTAC CERAM poursuit sa politique de croissance ambitieuse Nous maintenons nos
Icone de twitter
Groupe_Renault Icone de retweet
RT @Groupe_Renault: On we talk about MotorsportsWinking face and particularly Did you know that most of our @RenaultF1Team #Fridays #F1
Icone de twitter
GroupePSA Icone de retweet
RT @GroupePSA: Le 2019 du est en ligne ! Pour la 5ème année consécutive, le Groupe reçoit le niveau « Advanced » #RapportRSE #GroupePSA
VOIR SUR TWITTER
Derniers tweets
France

3 000 bornes de recharge vont être installées dans le Grand Paris

#Grand Paris - #Infrastructure de recharge - #Metropolis - #véhicules électriques
La Métropole du Grand Paris a annoncé le résultat de son appel d'offres concernant la mise en place d'un réseau de recharge pour les voitures...

La Métropole du Grand Paris a annoncé le résultat de son appel d’offres concernant la mise en place d’un réseau de recharge pour les voitures électriques au sein de l’agglomération.

Le prestataire Metropolis a été retenu pour l’installation, le financement et la gestion de la future infrastructure, qui comptera 3 084 points de charge lente et rapide (dont 2 582 sur d’anciens emplacements Autolib’). Les travaux démarreront dès cet été, le déploiement devant être terminé à l’été 2022. La promesse est celle d’un maillage homogène  des 130 communes qui mettront à disposition les emplacements et percevront des redevances.

Metropolis annonce une large variété de bornes, de puissances différentes. Les bornes Metropolis Proximité sont destinées à une charge lente entre 3 kW et 7 kW. Les bornes Metropolis Citadine oscillent entre 7 kW et 22 kW. Enfin, le réseau proposera aussi 252 points de charge rapide en courant continu, avec une puissance de 50 kW à 150 kW, permettant de faire le plein en quelques dizaines de minutes. Pour chacun des emplacements, l’opérateur versera à la municipalité une redevance de 5 000 euros, mais aussi 50 % du résultat net. La tarification se fera au kWh et variera selon la puissance, entre 0,36 et 0,72 euro/kWh.

Les bornes mises en place par Metropolis seront fournies par l’équipementier e-totem. Elles ne seront pas équipées d’un terminal de carte bancaire, mais il sera néanmoins possible de payer sans disposer d’abonnement ou de badge spécifique, grâce à une application dédiée. Un service d’assistance par téléphone sera en outre disponible 24h/24.

Source : CHALLENGES.FR (18/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
Allemagne

Des licenciements chez BMW ne sont pas exclus

#BMW - #Licenciements
Le président du comité d’entreprise de BMW, Manfred Schoch, n’exclut plus les licenciements chez le constructeur automobile allemand Un...

Le président du comité d’entreprise de BMW, Manfred Schoch, n’exclut plus les licenciements chez le constructeur automobile allemand.

Un accord d’entreprise garantit certes les emplois, “tant que l’entreprise ne subit pas de pertes”, a indiqué M. Schoch. C’est le cas aujourd’hui et cela le sera demain, mais “nul ne sait quelle sera la situation à la fin de l’année “, a-t-il ajouté.

BMW s’attend à être dans le rouge au deuxième trimestre, mais il prévoit de dégager des bénéfices sur l’ensemble de l’année. Le constructeur réduit massivement ses investissements et il réduit également ses effectifs en ne remplaçant pas les départs. Environ 5 000 personnes quittent l’entreprise chaque année, dont la moitié partent à la retraite. BMW emploie actuellement près de 90 000 personnes en Allemagne.

Tant que le résultat annuel avant impôts est positif, les licenciements sont exclus en vertu de l’accord d’entreprise qui a été conclu, a déclaré une porte-parole de BMW. Cet accord court jusqu’à fin 2026.

Source : AUTOMOBILWOCHE (18/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
Etats-Unis

La production reprend dans les usines des constructeurs américains

#Constructeurs américains - #Coronavirus - #Reprise de la production - #Usines
Les ouvriers de General Motors, Ford et FCA aux Etats-Unis ont repris lundi le chemin des usines, après deux mois d'arrêt en raison de l'épidémie...

Les ouvriers de General Motors, Ford et FCA aux Etats-Unis ont repris lundi le chemin des usines, après deux mois d’arrêt en raison de l’épidémie de coronavirus.

Le président Donald Trump, qui presse les entreprises de relancer la machine économique, doit visiter jeudi une usine de Ford à Ypsilanti (Michigan), qui avait été réaménagée au plus fort de la crise pour fabriquer des respirateurs en partenariat avec General Electric.

La réouverture des usines des “Trois de Detroit” intervient alors que certains Etats américains hésitent encore à accélérer le déconfinement. Si elle s’effectue sans nouveaux cas de contamination, elle pourrait inciter d’autres secteurs encore hésitants à faire de même. “La réouverture des usines automobiles est importante pour l’économie, les recettes fiscales, la survie des constructeurs et la stabilisation du marché du travail”, estime Art Wheaton, professeur de droit du travail à l’université Cornell à New York.

La reprise de la production de voitures sera progressive, soulignent les trois constructeurs américains qui ont une organisation du travail en trois-huit.

“Nous redémarrons les opérations avec une équipe. Nous allons ajouter la deuxième équipe, et potentiellement la troisième, dans les prochaines semaines si les conditions le permettent”, a indiqué Jim Cain, porte-parole de General Motors. 17 des 32 sites du constructeur ont rouvert hier, d’après un décompte fourni par l’entreprise, et l’activité devait reprendre au Canada aujourd’hui. Les préparatifs sont en cours pour la réouverture des sites mexicains.

Chez Ford, seules deux équipes ont repris le travail afin de permettre la désinfection régulière des usines, tandis que des pauses sont observées chez FCA pour le nettoyage.

Les constructeurs indiquent qu’ils ont planifié le redémarrage de leurs activités sur la base des leçons tirées en Asie, en l’occurrence en Chine, où la reprise de la production en février s’est déroulée sans nouveaux cas d’infections.

Source : AFP (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
Union européenne

Le marché européen a plongé en avril

#ACEA - #Immatriculations - #Marché - #voitures
Les immatriculations de voitures neuves dans les pays de l'Union européenne ont chuté de 76,3 % en avril, à 270 682 unités, alors que la plupart...

Les immatriculations de voitures neuves dans les pays de l’Union européenne ont chuté de 76,3 % en avril, à 270 682 unités, alors que la plupart des concessions ont été fermées en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé l‘Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles). Sur les quatre premiers mois de l’année, le marché a reculé de 38,5 %, à 2,75 millions d’unités. Tous les pays de l’UE ont affiché des baisses à deux chiffres le mois dernier, l’Italie et l’Espagne ayant enregistré les reculs les plus importants : – 97,6 % et – 96,5 %, respectivement. La demande s’est contractée de 61,1 % en Allemagne et de 88,8 % en France.

Le mois dernier, le groupe Volkswagen a vendu 77 862 voitures dans l’Union européenne (- 72,7 %). Il a devancé le Groupe PSA (36 718 unités ; – 81,2 %), le groupe Renault (27 740 unités ; – 79 %), le groupe BMW (23 504 unités ; – 65,3 %), le groupe Hyundai (17 743 unités ; – 76,1 %), Ford (14 976 unités, – 75,9 %), Daimler (14 770 unités ; – 78,8 %), le groupe Toyota (14 692 unités ; – 74 %), le groupe FCA (10 419 unités, – 87,7 %),  Volvo Car (8 299 unités ; – 62,9 %), Mitsubishi (3 799 unités ; – 63,3 %), Nissan (3 771 unités, – 84,5 %), Mazda (2 865 unités ; – 81,1 %), Jaguar Land Rover (1 267 unités ; – 82,4 %) et Honda (1 008 unités, – 83 %).

Source : COMMUNIQUE DE PRESSE ACEA (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Les entreprises de services automobiles sont inquiètes pour leur avenir

#CNPA - #Coronavirus - #Enquête
Selon une enquête réalisée ce mois-ci par le CNPA (Conseil National des Professions de l’Automobile) sur l’impact de la crise du coronavirus,...

Selon une enquête réalisée ce mois-ci par le CNPA (Conseil National des Professions de l’Automobile) sur l’impact de la crise du coronavirus, près de 30 % des entreprises des services de l’automobile se déclarent en risque de faillite, ce qui menacerait entre 40 000 et 50 000 emplois dans le secteur.

Un mois après la première enquête lancée par l’organisation, la situation des entreprises des services de l’automobile s’est nettement dégradée. La crise a profondément affecté le moral des chefs d’entreprises, qui se montrent particulièrement inquiets pour leur avenir. 64 % d’entre eux estiment que la reprise sera lente et progressive, en particulier dans le secteur du commerce automobile (76 %) et de la location de véhicules (92 %).

Dans ce contexte, plus de 60 % des entreprises envisagent de prendre des mesures financières et sociales pour leur exploitation, en particulier les concessionnaires (70%) et les loueurs de courte durée (92 %). 51 % d’entre elles envisagent de reporter leurs investissements, tandis que 39 % prévoient d’annuler totalement leurs investissements. Plus du tiers des entreprises envisagent un plan de restructuration, un plan social, voire des licenciements – elles sont plus de la moitié dans le secteur de la vente et de la distribution automobile.

Dans le commerce, la baisse d’activité avoisinait les 85 % pendant la période de confinement. L’arrêt total de la production industrielle et les fermetures contraintes des commerces ont provoqué une chute brutale des ventes de véhicules et un effondrement du marché. En dépit de la réouverture des concessions le 11 mai, et la levée des restrictions de déplacement, les effets de la crise s’annoncent durables.

Au bout d’une semaine de reprise, il est constaté une fréquentation modeste dans les concessions automobiles, que ce soit pour la vente de véhicules d’occasion ou de véhicules neufs : les commandes de véhicules d’occasion restent faibles, en dépit des stocks très importants et des offres qui sont faites par les professionnels ; d’importantes disparités existent en matière de vente de véhicules neufs, notamment en fonction des régions, avec une meilleure situation cependant en Ile-de-France.

Une fréquentation plus soutenue est à constater dans le secteur de l’entretien-réparation, avec l’impératif d’entretien du parc automobile après la période de confinement. Les carnets de commande sont remplis jusqu’à début juin, mais les règles sanitaires mises en place ralentissent le nombre d’entrées en atelier.

Source : JOURNALAUTO.COM (18/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Zity (Renault) déploie son service d’autopartage électrique à Paris

#Autopartage - #Renault - #Zity
Le Groupe Renault poursuit le déploiement opérationnel à Paris du service d’autopartage ZITY Une flotte de 500 Renault ZOE 100% électriques...

Le Groupe Renault poursuit le déploiement opérationnel à Paris du service d’autopartage ZITY. Une flotte de 500 Renault ZOE 100% électriques sera proposée à partir du 20 mai en libre-service aux Parisiens. La mise en service de cette offre, annoncée au mois de mars et suspendue en raison des mesures de confinement, s’effectue en plein respect des recommandations du protocole sanitaire national de sortie du confinement défini par le ministère des Transports, souligne le constructeur dans un communiqué.

“Dans le contexte de crise sanitaire actuelle et de défis environnementaux majeurs, nous sommes d’autant plus convaincus de l’intérêt de proposer aux Parisiens une solution de mobilité complémentaire respectant un protocole sanitaire strict : à la fois électrique, en libre-service, mais aussi accessible et plus durable pour contribuer à lutter contre la pollution de l’air et le réchauffement climatique”, indique Gilles Normand, directeur de la division des véhicules électriques et services de mobilités du Groupe Renault.

Des formules flexibles et adaptées aux différents besoins sont proposées : un service accessible 24h/24 et 7j/7 dans Paris et Clichy ; une inscription gratuite validée sous 24 à 48 h, sans obligation d’abonnement, ni durée forfaitaire minimale ou maximale ; un tarif de lancement de 0,29€/ minute ; des forfaits temps, avec des tarifs fixes, pour un usage prolongé (24h : 35€ ;  48h : 55€ ;  72h : 65€) ; des « packs économies » pour un usage régulier.

Le service d’autopartage électrique fonctionne en stationnement libre et gratuit dans Paris sur les places de voirie autorisées.

Grâce à l’application mobile ZITY, les usagers visualisent sur une carte, à toute heure du jour et de la nuit, le véhicule le plus proche de leur position. La réservation est instantanée et le véhicule se déverrouille via l’application. Pour mettre fin à la location, le véhicule doit être garé dans Paris, sur n’importe quelle place publique en surface et verrouillé.

Source : COMMUNIQUE DE PRESSE GROUPE RENAULT (19/5/20)
Lire l'article complet Icone de flèche

Retrouvez toutes les analyses de 14h

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES