triangle orange
Le

Analyse de presse de 14H00

Téléchargez
Icone
triangle bleu
Chine

Audi a lancé son premier véhicule électrique fabriqué en Chine

#Audi - #Commercialisation - #Production - #véhicules électriques
Audi a débuté la semaine dernière la commercialisation en Chine de son premier véhicule électrique fabriqué localement Il s'agit de la...

Audi a débuté la semaine dernière la commercialisation en Chine de son premier véhicule électrique fabriqué localement. Il s’agit de la version à batterie du Q2 allongé.

Le véhicule, dénommé Q2L e-tron, affiche une autonomie de 265 kilomètres. Il est disponible à des tarifs compris entre 692 800 et 800 800 yuans (89 670 et 103 640 euros), après déduction des aides gouvernementales, a indiqué la marque aux anneaux.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Chine

BMW investit en Chine avec Great Wall

#BMW - #Great Wall - #Investissement - #Mini - #Usine - #véhicules électriques
BMW et son partenaire chinois Great Wall vont investir ensemble près de 650 millions d’euros pour implanter une usine en Chine, à Zhangjiagang...

BMW et son partenaire chinois Great Wall vont investir ensemble près de 650 millions d’euros pour implanter une usine en Chine, à Zhangjiagang (province du Jiangsu), qui produira notamment des Mini électriques, a annoncé le groupe automobile allemand le 29 novembre.

Le site sera doté d’une capacité de production de 160 000 voitures par an et emploiera quelque 3 000 personnes. Il doit être construit entre 2020 et 2022, a précisé BMW dans un communiqué.

En plus des citadines allemandes, les partenaires vont « développer ensemble des voitures électriques » et l’usine accueillera « la fabrication de plusieurs modèles et marques de Great Wall », a précisé le groupe munichois.

Le projet témoigne de l’importance du marché chinois pour BMW, a indiqué Nicolas Peter, directeur financier du constructeur allemand. L’usine permettra à l’entreprise de « produire à des conditions attractives un grand nombre de voitures électriques Mini pour le marché mondial », a-t-il ajouté.

BMW et Great Wall ont établi une coentreprise, « Spotlight Automotive Limited », qu’ils détiennent à parité.

Source : AFP (29/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Monde

FCA rappelle près de 73 000 Fiat 500

#FCA - #Fiat 500 - #Rappel
Fiat Chrysler Automobiles rappelle 72 761 Fiat 500 dans le monde pour remédier à un problème de câble de boîte de vitesses, qui peut se...

Fiat Chrysler Automobiles rappelle 72 761 Fiat 500 dans le monde pour remédier à un problème de câble de boîte de vitesses, qui peut se dégrader lorsqu’il est soumis à la chaleur et à l’humidité. Le rappel concerne des Fiat 500 de l’année modèle 2012-2013 (51 788 unités aux Etats-Unis, 10 627 au Canada, 3 520 au Mexique et 6 826 hors Amérique du Nord. Trois accidents mineurs n’ayant pas causé de blessure ont été répertoriés par FCA.

La transmission peut ne pas passer la vitesse sélectionnée et, en position parking, la voiture peut s’éloigner en roulant, indique la NHTSA.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Chine

Jeep a lancé son premier modèle électrifié en Chine

#Hybride rechargeable - #Jeep
Jeep a débuté la semaine dernière la commercialisation de son premier véhicule électrifié en Chine, une version hybride rechargeable du Grand...

Jeep a débuté la semaine dernière la commercialisation de son premier véhicule électrifié en Chine, une version hybride rechargeable du Grand Commander.

Selon GAC-FCA, la coentreprise de Fiat Chrysler en Chine, le modèle est disponible à partir de 309 800 yuans (40 090 euros), après déduction des aides gouvernementales. Il est équipé d’un moteur à essence de 2 litres et de deux moteurs électriques et peut parcourir 70 kilomètres en mode électrique. 

Jeep a vendu 57 804 véhicules sur le marché chinois sur la période janvier-octobre (- 46 %).

Source : AUTOMOTIVE NEWS (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

La Citroën C3 revient à la télévision avec une nouvelle campagne signée Eric Judor

#C3 - #Citroën - #Publicité
Après une saga cette année en deux films inspirés par les conducteurs (le judoka, les jumelles), la Citroën C3 revient à la télévision dans...

Après une saga cette année en deux films inspirés par les conducteurs (le judoka, les jumelles), la Citroën C3 revient à la télévision dans une campagne mettant en scène la personnalisation, un des points forts du best-seller de la marque aux chevrons qui séduit deux acheteurs sur trois, sur les 720 000 exemplaires vendus depuis son lancement en novembre 2016. La personnalisation du modèle, avec 9 teintes de caisses et 3 couleurs de toit, inspire le scénario du film « Le Brigadier », réalisé par Eric Judor.

Le film met en scène des policiers à la recherche d’une C3 grise au toit rouge. Mais les 36 combinaisons ne facilitent leur tâche : autant de possibilités pour créer la confusion dans la recherche, d’autant qu’il y a beaucoup de Citroën C3 dans la rue, mais toutes différentes. Sans oublier le choix d’ambiances intérieures et de jantes, qui augmentent encore le nombre de versions possibles. Eric Judor s’amuse des expressions des brigadiers et profite de chaque action pour faire de cette « filature » un vrai moment de comédie.

Cette campagne internationale sera adaptée dans de nombreux pays et diffusée dans un premier temps en France dès le 1er décembre. En complément du film décliné en versions de 30, 25 et 20 secondes, une campagne presse et un volet réseaux sociaux sont déployés. Le film est à découvrir dès à présent en ligne : https://cutt.ly/ieXm7Zh.

Source : COMMUNIQUE DE PRESSE CITROEN (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

La Journée de la filière automobile se déroulera le 2 décembre à Bercy

#filière automobile - #PFA
A la veille de la Journée de la filière automobile, qui se tiendra lundi 2 décembre à Bercy, en présence de nombreux capitaines d’industrie...

A la veille de la Journée de la filière automobile, qui se tiendra lundi 2 décembre à Bercy, en présence de nombreux capitaines d’industrie tels que Jean-Dominique Senard (Renault), Jacques Aschenbroich (Valeo) ou Félicie Burelle (Plastic Omnium), Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA) a présenté en amont les grandes thématiques qui seront à l’ordre du jour. « Nous avons identifié quatre sujets principaux : la transformation technologique, les relations entre donneurs d’ordres et sous-traitants, l’emploi, la formation et les métiers et enfin la compétitivité de la filière », a-t-il annoncé.

Plus de 600 entreprises ont répondu à l’appel pour assister à l’événement, contre 300 prévues au départ. « Ce succès est lié à la conjoncture actuelle et à venir de la filière. L’industrie automobile française est face à son destin. La France a été une grande nation de l’automobile tout au long du 20ème siècle. Le sujet est maintenant de savoir si nous sommes capables, au 21ème siècle, de demeurer une grande nation d’automobile et de services de mobilité ? Sommes-nous encore dans le coup ? Allons-nous résister aux bouleversements qui s’opèrent ? La vérité est que tout le monde ne survivra pas, comme c’est le cas dans toutes les grandes mutations technologiques », a analysé M. Chatel.

Ces mutations à venir (électrification, véhicule connecté et autonome, place de l’automobile dans la société, etc.) seront donc mises sur la table le 2 décembre, en espérant que le gouvernement, représenté à cette occasion par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des finances, et Agnès Pannier-Rusacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre, en prenne la pleine mesure. D’après Luc Chatel, « ces grands bouleversements arrivent au pire des moments. L’automobile, qui a connu neuf années de croissance depuis la crise, est en train de connaître un retournement. Si nous avons limité les dégâts en Europe cette année, les pays émergents ont déjà basculé. Le recul est maintenant attendu dans les pays développés, les retours de la filière ne sont pas bons ».

Si le contrat de filière signé en 2018 avec le gouvernement a permis de répondre à certains enjeux, il ne suffit pas à endiguer à la crise qui se profile. « Il très important que nous soyons en anticipation sur ce qui pourrait arriver. Si demain vous avez la combinaison des retournements de marchés et des changements structurels, cela pourra aller très mal. Il faut que nous nous tenions prêts », a insisté le président de la PFA. Trois pistes ont été identifiées pour soulager la filière : améliorer la compétitivité de l’industrie automobile française comme a pu le faire l’Espagne ces dernières années, faciliter l’accès aux crédits en mettant en place un fonds de garantie et en réactivant la médiation du crédit, et enfin accompagner les entreprises et les salariés dans les mutations à venir. Sur ce dernier sujet, M. Chatel propose que les entreprises en difficulté soient accompagnées dans leur processus de reconversion vers des marchés plus porteurs et que les salariés victimes de la baisse des ventes de véhicules diesel (15 000 emplois concernés) soient formés aux métiers de demain.

L’ancien ministre a également l’intention d’alerter le gouvernement tout particulièrement sur les défis de l’électrification. « En Europe, les industriels vont investir dans les cinq ans à venir 220 milliards d’euros uniquement pour l’électrification. Ils n’ont pas le choix sous peine de s’exposer à de lourdes amendes. Mais leurs marges opérationnelles vont en pâtir, il est donc important de conserver un mécanisme d’incitation comme le bonus. Or, le manque de stabilité de ce dispositif est un énorme problème, réduire le montant du bonus serait désastreux », a-t-il prévenu. La PFA estime à 100 000 le nombre de véhicules électriques devant être mis à la route en 2020 afin que les constructeurs échappent aux pénalités sur le CO2. A ce jour, l’enveloppe du bonus prévue ne couvrirait que la moitié de ces ventes. « Le budget ne suit pas la pente que l’on nous oblige à respecter », a regretté Luc Chatel, qui a également pointé le manque de bornes de recharge dans l’espace public.

Source : JOURNALAUTO.COM (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Royaume-Uni

La production d’utilitaires au Royaume-Uni a été stable en octobre

#Production - #Utilitaires
La production d'utilitaires au Royaume-Uni a été stable au mois d'octobre, à 9 065 unités (- 0,2 %), ce qui porte le volume pour les dix premiers...

La production d’utilitaires au Royaume-Uni a été stable au mois d’octobre, à 9 065 unités (- 0,2 %), ce qui porte le volume pour les dix premiers mois de l’année à 62 102 unités, en baisse de 11,5 %, selon les chiffres publiés par la SMMT (association des constructeurs britanniques).

La production pour le marché britannique a diminué de 8,5 % en octobre et de 3,6 % sur dix mois. Celle pour l’exportation a augmenté de 9,3 % le mois dernier, mais reculé de 16,6 % sur la période janvier-octobre.

Source : COMMUNIQUE SMMT (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Russie

La Russie soutient le marché automobile avec 71 millions d’euros de subventions

#Gouvernement - #Subventions
Le gouvernement russe prévoit de consacrer environ 5 milliards de roubles (71 millions d’euros) l’année prochaine à de nouvelles subventions...

Le gouvernement russe prévoit de consacrer environ 5 milliards de roubles (71 millions d’euros) l’année prochaine à de nouvelles subventions sous forme de prêts automobiles pour soutenir les ventes stagnantes de voitures. Les ventes d’automobiles neuves en Russie devraient baisser de 2,2 % en 2019, à 1,76 millions d’unités, indique l’AEB (Association des Affaires Européennes), dans un contexte de de croissance économique lente et de baisse des revenus.

Au cours des dernières années, la Russie a soutenu la demande de voitures neuves par le biais de divers programmes, notamment en proposant des compensations aux banques pour qu’elles baissent les taux d’intérêt sur les prêts automobiles.  Les ventes russes ont chuté de 5,2 % en Octobre, à 152 057 unités ; elles ont diminué de 2,4 % sur dix mois, à 1,42 million d’unités.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Etats-Unis

Le différend entre les fournisseurs coréens de batteries risque de perturber la production de véhicules électriques

#batteries - #Différend - #LG Chem - #SK Innovation - #véhicules électriques
La bataille que les deux grands fournisseurs coréens de batteries, SK Innovation et LG Chem, se livrent devant les tribunaux pour violation de...

La bataille que les deux grands fournisseurs coréens de batteries, SK Innovation et LG Chem, se livrent devant les tribunaux pour violation de brevets menace de perturber la production de véhicules électriques de plusieurs constructeurs, dont Volkswagen, Ford, Jaguar Land Rover et Kia.

SK Innovation a remporté en 2018 un gros contrat pour fournir des batteries au groupe Volkswagen pour des véhicules électriques aux Etats-Unis. Il a lancé en mars la construction d’une usine à Commerce, en Géorgie, mais son rival LG Chem l’a assigné en justice en avril aux Etats-Unis pour vol de secrets industriels et les deux entreprises ont depuis engagé d’autres actions pour violation de brevets.

Des documents consultés par Reuters montrent que les deux fabricants de batteries cherchent à s’empêcher mutuellement d’importer et de vendre des batteries destinées à équiper les tout-terrain de loisir que Volkswagen va fabriquer dans le Tennessee, ainsi que la Chevrolet Bolt, des pick-ups Ford, le Jaguar I-Pace, l’Audi e-tron et le Kia Niro.

La Commission Internationale du Commerce (ITC) aux Etats-Unis doit rendre un jugement préliminaire le 5 juin prochain et un jugement définitif le 5 octobre, mais LG Chem lui a demandé ce mois-ci de prononcer rapidement un jugement par défaut contre son rival.

Les deux entreprises ont également porté leur différend devant les tribunaux coréens. L’affaire est suivie de près par le gouvernement coréen, qui redoute qu’elle n’entache la réputation  des deux sociétés et n’avantage leurs concurrents.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (27/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Le gouvernement veut tripler la part du covoiturage en cinq ans

#Covoiturage - #Gouvernement
La ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne a annoncé le 28 novembre qu'elle voulait faire tripler la part du covoiturage...

La ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne a annoncé le 28 novembre qu’elle voulait faire tripler la part du covoiturage domicile-travail en cinq ans, en multipliant les initiatives pour faire reculer « l’autosolisme ». « Aujourd’hui, nous nous engageons avec une ambition : 3 millions de ‘covoitureurs’ du quotidien d’ici à cinq ans », a déclaré Mme Borne, rappelant qu’ils étaient « déjà un million chaque matin pour aller travailler ». « Nous voulons donc tripler la part modale, pour la porter à 9 % des trajets domicile-travail », a-t-elle ajouté lors du lancement d’une « mobilisation pour le covoiturage au quotidien ».

Quand bien même il « peut paraître ambitieux », « je sais que cet objectif est réalisable. Nous avons tout à y gagner, collectivement d’abord, pour le climat et la qualité de l’air », a-t-elle ajouté. « Trois millions d’actifs qui vont au travail en covoiturage, très concrètement, c’est un million de voitures en moins sur les routes », a-t-elle argumenté. Il y a du potentiel, 70 % des déplacements domicile-travail se faisant en voiture, et le plus souvent avec une seule personne à bord. « Le covoiturage diminue le trafic et les embouteillages, c’est donc moins de pollution atmosphérique pour les métropoles », a poursuivi Mme Borne.

Parmi les initiatives destinées à promouvoir le covoiturage, Mme Borne a signé avec Louis Nègre, président du Gart (Groupement des autorités organisatrices de transport), une charte visant à favoriser l’essor du covoiturage dans les diverses collectivités. Dans deux régions (Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est), les agents des services de l’Etat expérimenteront un dispositif de promotion du covoiturage domicile-travail, a relevé la ministre. « J’ai donc demandé aux services de l’Etat d’organiser des hackathons [concours d’idées de start-ups] pour faire émerger toutes les innovations susceptibles de diffuser le réflexe covoiturage », a-t-elle précisé.

Source : AFP
Lire l'article complet Icone de flèche
Chine

Le Groupe PSA et Changan prêts à vendre leurs parts dans leur coentreprise en Chine

#Capsa - #Changan - #DS - #Groupe PSA
Le Groupe PSA et son partenaire chinois Changan ont l'intention de vendre leurs parts dans Capsa, leur coentreprise chinoise dédiée à la marque...

Le Groupe PSA et son partenaire chinois Changan ont l’intention de vendre leurs parts dans Capsa, leur coentreprise chinoise dédiée à la marque DS, qui est en proie à des difficultés sur ce marché. « Les deux maisons mères ont l’intention de vendre leurs parts dans la coentreprise », a déclaré à l’AFP un porte-parole du constructeur français, tout en précisant que cette opération ne remettait « pas en cause la présence de DS en Chine ».

Ce faisant, PSA entend se concentrer sur la définition « d’une nouvelle feuille de route stratégique pour le développement de ses opérations et retrouver le chemin de la croissance », a précisé le porte-parole, confirmant des informations de presse.

Source : AFP (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Allemagne

Le groupe Volkswagen doit rappeler des milliers de voitures diesel

#Audi - #Diesel - #Rappel - #Volkswagen
Le groupe Volkswagen doit rappeler des milliers de voitures anciennes dotées de moteurs diesel à six cylindres de 3 litres Environ 80 000...

Le groupe Volkswagen doit rappeler des milliers de voitures anciennes dotées de moteurs diesel à six cylindres de 3 litres. Environ 80 000 Volkswagen et Audi sont concernées par ce nouveau rappel.

Volkswagen rappellera environ 33 200 véhicules, dont 27 500 Touareg et 5 700 Phaeton qui ont été fabriqués entre 2005 et 2008, et Audi quelque 50 000 A4, A6 et A8.

Source : AUTOMOBILWOCHE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Le successeur du Citroën C4 Cactus disposera d’une version électrique

#C4 Cactus - #Citroën - #Electrique
Citroën va ajouter une version électrique à l’offre du C4 Cactus lorsque le modèle sera renouvelé en 2020, a annoncé la directrice générale...

Citroën va ajouter une version électrique à l’offre du C4 Cactus lorsque le modèle sera renouvelé en 2020, a annoncé la directrice générale de la marque Linda Jackson. A partir de l’année prochaine, chaque nouvelle Citroën disposera d’une version hybride ou électrique, en fonction de sa plateforme, ainsi que de motorisations à essence, a-t-elle ajouté. Il y aura aussi des versions diesel tant qu’il y aura suffisamment de demande pour ces motorisations, a-t-elle précisé. « D’ici à 2025, 100 % de notre gamme aura des versions électrifiées », s’est réjouie la dirigeante.

L’électrification de la gamme de Citroën débutera avec une version hybride rechargeable du véhicule de loisir C5 Aircross, qui sera mis en vente l’année prochaine. Pour le remplacement du C4 Cactus, la marque aux chevrons va utiliser une version allongée de sa plateforme CMP, qui peut accueillir aussi bien un moteur thermique qu’un bloc électrique.

Le Groupe PSA vend actuellement des versions électriques des Peugeot 208, Opel Corsa et DS 3 Crossback, ainsi que des versions dotées de moteurs à combustion. Mme Jackson n’a pas indiqué quand le remplaçant du C4 Cactus serait dévoilé, ni quand la production commencerait.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Japon

Nissan investit 274 millions d’euros dans de nouvelles technologies

#Investissements - #Nissan - #technologies
Nissan, allié à Renault, a annoncé le 28 novembre un investissement de 33 milliards de yens (274 millions d'euros environ) pour accélérer...

Nissan, allié à Renault, a annoncé le 28 novembre un investissement de 33 milliards de yens (274 millions d’euros environ) pour accélérer l’adoption des nouvelles technologies dans ses usines, d’abord au Japon, puis ailleurs dans le monde. Cet investissement est destiné à son usine de la préfecture de Tochigi, située à près de 100 km au nord de Tokyo, dont les travaux de modernisation doivent s’achever l’an prochain, a indiqué le groupe dans un communiqué.

Ces nouvelles technologies – incluant notamment des robots « intelligents » ainsi qu’un système de montage universel et automatisé des moteurs, développé en interne – devront ensuite être déployées sur les sites de production du groupe dans le monde, est-il précisé. Ces innovations devront permettre de rendre les opérations de production « plus flexibles et efficaces », mais aussi plus « durables », avec par exemple des procédés de peinture plus respectueux de l’environnement, toujours selon le communiqué du groupe.

Les ventes et résultats financiers de Nissan sont actuellement en berne. Outre le ralentissement du marché automobile mondial, le groupe est pénalisé par des facteurs qui lui sont propres, comme le manque de renouvellement de ses modèles et son récent virage stratégique, en rupture avec la course aux volumes qui prévalait jusqu’à récemment.

Le groupe a entamé cette année une vaste restructuration de ses capacités de production, devant passer par la suppression de 12 500 emplois dans le monde d’ici à 2023, soit 9 % de ses effectifs totaux. Le nouveau directeur général, Makoto Uchida, jusqu’alors responsable de ses activités en Chine, doit prendre dimanche ses fonctions et tenir une conférence de presse dès le lendemain au siège du groupe à Yohohama (banlieue ouest de Tokyo).

Source : AFP (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Allemagne

Nouvelles suppressions d’emplois chez Bosch

#Bosch - #Suppressions d'emplois
L’équipementier allemand Bosch a annoncé de nouvelles suppressions d'emplois Environ 600 postes seront supprimés d’ici à la fin 2022 dans...

L’équipementier allemand Bosch a annoncé de nouvelles suppressions d’emplois.

Environ 600 postes seront supprimés d’ici à la fin 2022 dans la division d’électronique automobile en Allemagne, a indiqué une porte-parole de l’entreprise. Le site de Reutlingen, sera le plus durement touché. 500 postes doivent y être supprimés.

« Bosch s’attend à une baisse de 6 % de la production automobile mondiale en 2019, à 91 millions de véhicules », a déclaré Andreas Fischer, responsable de la division. « Ces évolutions ont un impact sur notre activité », a-t-il ajouté.

Source : AUTOMOBILWOCHE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Renault estime que le malus 2020 va gonfler le marché de 40 000 véhicules en 2019

#Malus - #Prévisions - #Renault
Le directeur du commerce France de Renault Ivan Segal regrette le manque de visibilité sur les discussions fiscales durant les débats sur le projet...

Le directeur du commerce France de Renault Ivan Segal regrette le manque de visibilité sur les discussions fiscales durant les débats sur le projet de loi de finances. « D’une manière globale, nous sommes face à un problème récurrent. Les constructeurs d’automobiles ont besoin de visibilité dans le temps pour adapter leurs motorisations et réaliser les investissements nécessaires. Alors que nous nous sommes préparés pour être au rendez-vous européen sur les normes CAFE, les projets de loi de finances, dont les négociations se font sur des périodes courtes, voire même jusqu’aux derniers jours, ne nous laissent que peu de marge de manœuvre.  Il nous manque clairement une discussion très en amont pour essayer de mieux connaitre les règles du jeu », explique-t-il.

En cause, les deux grilles de malus, ainsi que le risque de voir le bonus pour véhicules électriques restreint selon la catégorie de prix, mais aussi réduit de moitié pour les acquisitions des entreprises. Depuis le début de l’automne 2019, le directeur du commerce France Renault clame que Renault sera prêt pour respecter et suivre les émissions de CO2 selon les normes WLTP. « Ce dérapage, avec l’apparition de deux grilles de malus pour 2020, est apparu au cours de cet été. Mais c’est aussi un vrai sujet d’incompréhension puisqu’un décret nous imposait d’être prêts dès le 1er janvier 2020. La France apparaît ainsi comme un pays en retard par rapport aux autres membres de l’Union européenne », déplore-t-il.

Résultat, le dirigeant anticipe un marché global « gonflé sur la fin d’année. « Nous pensons que sur novembre et décembre 2019, les marques vont ‘nettoyer’ tous les moteurs impactés par des augmentations importantes du malus. Ce qui est également assez logique et rationnel car cela coûtera moins cher aux constructeurs et au client final d’immatriculer ces modèles difficiles avant le 31 décembre 2019 », explique-t-il.

Ainsi, la marque anticipe en France une hausse du marché toutes marques (VP et VU) comprise entre 30 000 et 40 000 véhicules. « Fin novembre nous montrera déjà une accélération du marché. Cette démarche a un sens économique car au 1er janvier 2020 démarrent les normes CAFE, et ces moteurs seront un phénomène aggravant pour le calcul des émissions », analyse Ivan Segal. Une hausse en 2019 qui entraînera mécaniquement un effet contraire en 2020. Le directeur envisage une baisse du marché toutes marques de 5 % l’année prochaine, qui s’explique également par la fin du cycle haut du marché français.

Source : JOURNALAUTO.COM (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
France

Renault-Nissan-Mitsubishi veut augmenter son efficacité opérationnelle

#Alliance - #Renault-Nissan-Mitsubishi
Les partenaires franco-japonais Renault, Nissan et Mitsubishi ont lancé le 28 novembre de nouveaux grands projets industriels, destinés à...

Les partenaires franco-japonais Renault, Nissan et Mitsubishi ont lancé le 28 novembre de nouveaux grands projets industriels, destinés à améliorer leur efficacité opérationnelle. Ils ont également décidé la création d’un poste de secrétaire général de l’Alliance, chargé de coordonner ces chantiers sous l’autorité du président de Renault Jean-Dominique Senard.

Ces décisions ont été prises lors d’un conseil de l’Alliance, dans la matinée de jeudi, au siège de Renault à Boulogne-Billancourt. Ce conseil créé en début d’année à l’initiative de M. Senard, et qui est convoqué une fois par mois, réunissait les principaux dirigeants de l’Alliance. Etaient notamment présents à Paris, outre M. Senard, le nouveau directeur général de Nissan, Makoto Uchida, le président de Mitsubishi, Osamu Masuko, la directrice générale par interim de Renault, Clotilde Delbos, le directeur général de Mitsubishi, Takao Kato, et le directeur des opérations de Nissan, Ashwani Gupta.

Les nouveaux projets lancés hier concerneraient la programmation commune des véhicules, le dispositif industriel, les programmes de connectivité et la convergence des technologies.

Source : AFP (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Suisse

Rimac présentera un bolide électrique de 1 914 ch au prochain salon de Genève

#Rimac - #Salon de Genève - #Voiture Electrique
Rimac dévoilera le bolide électrique C_Two au Salon de Genève en mars prochain Le modèle, d'une puissance de 1 914 ch, sera la première voiture...

Rimac dévoilera le bolide électrique C_Two au Salon de Genève en mars prochain. Le modèle, d’une puissance de 1 914 ch, sera la première voiture de série de la start-up croate. Il sera doté de quatre moteurs électriques et aura une autonomie de niveau 4.

Rimac fabriquera 150 exemplaires de la C_Two à compter de la fin 2020, a indiqué son fondateur, Mate Rimac. La voiture coûtera 2,2 millions d’euros. Elle sera fabriquée dans l’usine de l’entreprise, dans la banlieue de Zagreb, aux côtés de la Paninfarina Battista qui utilisera la même plateforme. Un exemplaire de chaque modèle sera fabriqué par semaine lorsque la production débutera fin 2020.

Porsche est actionnaire de Rimac depuis 2018. Hyundai a pris une participation dans le capital de l’entreprise cette année et a annoncé que Rimac l’aiderait à développer deux voitures de sport.

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (27/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche
Chine

SAIC va exporter le tout-chemin de loisir hybride rechargeable MG HS

#Exportation - #MG - #Véhicules électrifiés
Le constructeur chinois SAIC a annoncé qu'il prévoyait d'exporter le nouveau tout-chemin de loisir hybride rechargeable MG HS, à commencer par le...

Le constructeur chinois SAIC a annoncé qu’il prévoyait d’exporter le nouveau tout-chemin de loisir hybride rechargeable MG HS, à commencer par le Royaume-Uni et Singapour. Le modèle a été lancé sur le marché chinois la semaine dernière, lors du salon de Canton.

Le MG HS est fabriqué dans la nouvelle usine de SAIC à Ningde, dans la province du Fujian. Il est le troisième modèle électrifié dans la gamme de MG, après la version rechargeable de la MG6 et la version à batterie du EZS (qui est exportée au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Norvège).

Source : AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (28/11/19)
Lire l'article complet Icone de flèche

Retrouvez toutes les analyses de 14h