Fermer
#CCFA - #Gouvernement - #Prévisions - #Thierry COGNET

Thierry Cognet craint « un véritable plan de massacre » de l’industrie automobile

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le président du CCFA Thierry Cognet indique que la prévision actuelle du comité porte sur un marché de 1,6 million d’immatriculations sur l’ensemble de l’année, soit le niveau le plus bas enregistré depuis 40 ans. « Nous envisageons un retour d’avant-crise au mieux en 2021 avec une prévision autour de 1,8 million de véhicules », précise-t-il. « Au-delà de la crise dont les effets risquent effectivement de durer, nous observons que la transformation des comportements commence à impacter le marché du neuf. En milieu urbain, le consommateur recherche davantage de flexibilité dans sa consommation de mobilité et s’éloigne de plus en plus du modèle de propriété automobile. Le véritable enjeu pour les constructeurs est de saisir cette transformation en étant à l’écoute des consommateurs. Pour autant, si le marché du neuf peut s’ajuster sous l’influence de ces nouveaux usages, nous considérons qu’il y a de nombreux groupes sociaux qui restent attachés à la propriété automobile selon leur lieu d’habitation, notamment en-dehors des zones d’habitations denses », explique-t-il.

« Il y a une transformation structurelle en cours, une grande partie de notre tissu de fournisseurs n’est pas préparée à cette transformation. Des expertises, des métiers ne sont plus adaptés. On a voulu tuer le diesel, d’une certaine manière, on a tué les métiers autour de la fonte d’acier. C’est un exemple parmi d’autres », ajoute-t-il.

Même si des fermetures d’usines ne sont pas à exclure, M. Cognet souligne que « les constructeurs et équipementiers ont plutôt fait une grande partie du travail de rationalisation de leur outil de production ». « En même temps, la crise des fournisseurs – notamment de rang 2 et plus – est devant nous. C’est un tissu d’entreprises qui jusqu’ici a pu jongler avec des commandes de l’industrie automobile ou celles de l’industrie aéronautiques, qui ne suivent pas les mêmes cycles. Mais cette fois, les deux secteurs sont impactés simultanément et profondément. Ce phénomène inquiétant ne concerne pas que la France, il a cours également en Allemagne », développe-t-il.

Côté gouvernement, « il y a un travail d’identification des entreprises dont la situation est la plus critique au niveau des filières. Il sera peut-être nécessaire de remettre en place un fond de soutien à l’image de ce qui avait été fait lors de la crise des subprimes. A l’époque, le FMEA, alors piloté par la BPI, avait permis de refinancer et de consolider le tissu de fournisseurs. Les résultats de ce travail avaient produit des effets formidables pour la filière. La question pour les fournisseurs, c’est leur capacité à anticiper des crises en investissant dans l’innovation et améliorer leur positionnement sur les segments les plus porteurs. C’est aussi cela qu’ils paient aujourd’hui. Une action publique serait donc la bienvenue pour faire émerger des leaders, qui ne serait pas seulement utile à l’industrie automobile, mais également à l’aéronautique », analyse le président du CCFA.

Concernant l’annonce faite par Bruxelles d’un possible nouveau durcissement des objectifs d’émissions de CO2 pour 2030, M. Cognet note que le problème est de préparer l’industrie automobile suffisamment en amont pour qu’elle s’adapte à ces contraintes. « Nous avons besoin de temps pour accomplir les choses. Bien entendu que nous y arriverons », assure-t-il.

Enfin, interrogé sur le projet d’instauration d’un malus sur le poids des voitures, M. Cognet explique qu’on ne peut pas dire « on fait un plan de relance » et l’instant d’après dire « on va attaquer la voiture française ». « Car ce qui va se passer, c’est un impact immense sur l’industrie automobile française qui fabrique des voitures qui sont certes plus grosses, mais qui sont aussi plus rentables. A la place, cette taxe va favoriser des petites citadines produites à l’étranger. Sur le plan fiscal, le renforcement du malus CO2 ajouté au malus sur le poids rapporterait 4,5 milliards de recettes à l’Etat (le malus actuel s’élève à 400 millions d’euros), et c’est le consommateur qui sera le premier impacté. Le gouvernement veut-il réellement instaurer une taxe qui ponctionnera le secteur de 4 milliards d’euros, alors que le plan de relance s’élève à 7 milliards ? C’est un véritable plan de massacre de notre industrie qui se prépare », prévient-t-il.

« Nous souhaitons une analyse approfondie de la situation, de l’impact d’un tel dispositif fiscal. Pour l’heure, il n’y en a pas eu. Je rappelle que pour trois centimes de plus sur le carburant, nous avons vu le mouvement des Gilets Jaunes, cette fois, c’est encore plus grave. Comprenez que ce qui est en jeu, ce sont des usines installées dans nos territoires et qui produisent effectivement des SUV et qui seront immanquablement impactées si cette taxe sur le poids apparaissait. Il faudra alors sortir les mouchoirs », martèle le dirigeant.

LATRIBUNE.FR (24/9/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.