Fermer
#Electrification - #Maxime Picat - #Plateforme - #Stellantis

Stellantis mise sur l’électrique tout en redoutant les contradictions politiques de Bruxelles

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Maxime Picat, directeur Europe de Stellantis, détaille dans un entretien accordé à Challenges les quatre futures plateformes électrifiées du groupe, qui seront déployées à partir de fin 2023. Il craint le renchérissement des voitures, ainsi que les risques que les automobilistes se rabattent sur des voitures d’occasion. Et une volte-face de Bruxelles n’est pas à exclure sur l’électrique, car les études d’impact écologique de cette technologie n’ont pas été menées de façon approfondie.

« Nous réaliserons 40 % de nos ventes européennes avec des électriques et hybrides rechargeables en 2025, 70 % en 2030 », pronostique M. Picat. La première des plateformes nouvelles du groupe verra le jour « fin 2023-début 2024 ». Dérivée de l’actuelle « EMP2 » des Peugeot 308 et 3008, elle s’appellera « Stella Medium » et sera réservée aux modèles compacts.

Pour les petits modèles, il y aura la « Stella Small », issue de l’actuelle « CMP ». Celle-ci devrait arriver vers 2024. « D’abord en électrique, puis en thermique », précise Maxime Picat.

Est aussi prévue la « Stella Large » pour véhicules de catégorie supérieure des deux côtés de l’Atlantique, avec des éléments repris de l’actuelle plateforme « Giorgio » des Alfa Romeo.

Enfin, la « Stella Frame » pour les gros pick-ups américains reprendra en partie les châssis échelle des Ram actuels. Là, aussi l’électrique sera à la base de l’offre.

Maxime Picat ne croit pas beaucoup dans l’avenir des hybrides non rechargeables, pourtant moins chers, à long terme. « Ce sera une étape intermédiaire pour les moteurs thermiques, autour de 2025 ». Mais, ensuite « le régulateur (Bruxelles) veut la fin du thermique, donc il n’y aura plus d’hybrides simples ni rechargeables à terme », regrette le dirigeant.

CHALLENGES.FR (25/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.