Fermer
#Renault - #Renault Retail Group

RRG présente un nouveau plan de cession de huit sites en France

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

RRG (Renault Retail Group), filiale de distribution de Renault, poursuit son plan de restructuration. Huit nouveaux sites tricolores sont mis en vente avec pour objectif d’apporter des liquidités au constructeur et de parvenir, à terme, à une rentabilité.

« Les emplois seront préservés et la reprise du contrat de travail est garantie lors de la cession, qui de toute façon se déroulera avec des acteurs de la distribution reconnus et déjà bien implantés sur ces zones de chalandise », explique au Journal de l’Automobile Philippe Buros, directeur ventes et marketing du groupe Renault et président de RRG. «  RRG doit se réimplanter, redéfinir un plan d’action et baisser son poids dans les immatriculations du groupe Renault », précise-t-il.

En 2018, RRG a représenté jusqu’à 45 % des immatriculations du constructeur avant de baisser à 37 %. Une part bien trop importante, qui après les cessions devrait plutôt se situer autour de 20-25 % du volume des marques du groupe et environ 115 000 immatriculations. Côté finances, la filiale de distribution reste dans le rouge. Après une perte de 202 millions d’euros en 2018, les comptes 2019 montraient un déficit de 41 millions d’euros qui se serait aggravé au cours de l’année 2020, marquée par la crise sanitaire, et qui pourrait atteindre le double.

Ce nouvel exercice déficitaire explique en partie cette deuxième vague de mise en vente. « Chaque année, nous faisons une révision territoriale de l’ensemble des établissements. Nous allons faire le même travail en Europe, en respectant à chaque fois la législation nationale sociale », poursuit le dirigeant.

En parallèle de ces cessions, RRG annonce également l’acquisition de deux sites auprès d’un opérateur privé, dont le nom n’a pas encore été dévoilé, ce qui constitue également le début de la phase d’investissements promise par la filiale.

Dès la fin du processus de vente, RRG disposera en France de 76 sites en France, contre 94 auparavant. En Europe, la présence de la filiale du groupe Renault représentera à terme 200 sites.

JOURNALAUTO.COM (11/3/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.