Fermer
#Occasion - #Prévisions - #Renault

Renault vise une légère croissance dans le véhicule d’occasion en 2021

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le réseau Renault a immatriculé 225 000 véhicules d’occasion en 2020, en baisse de 9 %. « Nous avons été très bons à chaque sortie de confinement ou fin de couvre-feu. Après le premier épisode, nous avons livré près de 35 000 véhicules, soit 60 % de plus qu’en 2019. Après le second, nous avons gagné 20 %. Cela prouve la capacité de réaction face aux attentes des clients », souligne Nicolas Lemaignen, directeur de l’activité VO de Renault France. L’approvisionnement ayant fait défaut, Renault a souffert d’un manque de matériel, une perte de volume compensée par une augmentation de la marge, précise le directeur.

La demande a aussi dépassé l’offre sur le parc des utilitaires d’occasion. Résultat : le réseau a écoulé un peu moins de 20 000 unités, voyant ses cadences ralentir de 10 %. « Le réseau fabrique ses propres buy-back et les durées de location plus longues ont pour habitude de ralentir les rotations. La crise a amplifié ce phénomène », constate M. Lemaignen.

Dès le printemps, Renault devrait pouvoir utiliser la nouvelle version de son module de reprise. Le parcours client a par ailleurs été modernisé. Chacun pourra décrire avec précision les caractéristiques de son véhicule et se faire confirmer le montant de transaction en point de vente. Les statistiques actuelles font état de plus de 600 000 leads par an, mais le chiffre devrait s’envoler dès lors que la future interface intégrera le VUL, ce qui sera inédit en France.

Chez Renault, les véhicules électriques sont une grande source de satisfaction en matière de VO. En 2020, la Zoé a occupé une part de marché de 45 %, une performance réalisée en grande majorité avec la version 22 kWh. La montée progressive de la 41 kwh, dont les premiers contrats de location de 36 mois arrivent à terme, alimentera l’offre pour tenter de maintenir ce niveau de pénétration face à une concurrence de plus en plus active.

Nicolas Lemaignen anticipe un léger rebond des ventes de véhicules d’occasion en 2021. Cette année, le réseau doit notamment sortir plus de 10 000 Zoé. Pour mesurer l’ampleur de la tâche, il faut savoir que, depuis l’existence de la citadine électrique, les distributeurs ont remis à la route 19 000 exemplaires de la citadine. Ils visent donc plus de 50 % de progression.

« La clientèle se rajeunit et sort de plus en plus de la seule cible du public urbain », relève le directeur VO de Renault France. Les aides gouvernementales, comme le bonus de 1 000 euros et la prime à la conversion, auront également un effet levier. En 2019, la prime à la conversion concernait 18 % des Zoé d’occasion. Un an plus tard, la pénétration est passée à 24 %. Cumulées, les bonnes conditions abaissent de 30 à 40 euros par mois le montant du loyer de la version 41 kWh par rapport au neuf. Dans le même temps, la « vieille » version 22 kWh, qui entre dans son troisième cycle de vie, peut désormais s’afficher à 70 euros par mois. Les 70 % de pénétration de la location sur la Zoé d’occasion ont tout pour se maintenir.

La LOA de véhicules d’occasion misera également sur les modèles thermiques. En 2019, 7 % des véhicules étaient acquis sous cette forme de contrat. La part est montée à 22 % en 2020. « Dans 3 ans, elle doit atteindre 50 % et nous permettre de multiplier les cycles », prévoit Nicolas Lemaignen. Un palier à 30 % minimum a été fixé pour 2021.

Enfin, Renault veut doubler ce modèle économique fidélisant d’une politique de contrats d’entretien toujours aussi offensive. Cette année, la marque doit franchir la barre des 100 000 VO vendus avec un contrat liant le client au service après-vente. Le dirigeant estime à environ 10 % le taux d’adhésion et souhaite dynamiser les scores avec une offre packagée à 1 euro.

JOURNALAUTO.COM (25/1/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.