Fermer
#Autopartage - #Renault - #Zity - #Zoé

Renault prépare des voitures spécifiques pour l’autopartage

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Après Paris et Clichy, le service d’autopartage Zity a été inauguré à Boulogne-Billancourt, portant à 500 le nombre de Zoé disponibles au total. Vincent Carré, directeur du développement international des services de mobilité du groupe Renault, explique que, dans ces trois villes, « la phase de montée en puissance va durer au plus un an ». « Au bout de cette période, nous reconsidérerons l’activité et nous verrons s’il faut augmenter la flotte ou pas. A Madrid, nous comptons 335 000 clients après trois ans d’existence et nous avons 750 voitures, qui tournent six ou sept fois par jour minimum. Le ratio actuel sur Paris est de deux usages par voiture par jour », souligne-t-il.

« Nous avons démarré avec des [Zoé] de série, avec intérieur clair par exemple, mais nous nous sommes vite rendu compte que c’était trop salissant pour ce type d’utilisation, qui voit jusqu’à huit clients se succéder en une journée. Nous avons basculé sur une ambiance foncée et renforcé les sièges, notamment. Il y a au moins dix éléments corrigés sur chaque voiture. Nous sommes désormais dans une deuxième phase, qui consiste à concevoir des voitures spécifiques pour l’autopartage, encore plus adaptées, notamment leur robustesse extérieure et avec une connectivité spécifique », détaille le dirigeant. « Il y a un modèle sur lequel nous avons imaginé une version spécifique au car sharing. Nous y intégrerons tout ce que l’on a appris du service depuis le lancement. Il y aura une masse de détails, qui, comme le boîtier connecté [fonction d’ouverture à distance], seront déjà intégrés en sortie d’usine. Par exemple, nous n’aurons plus à démonter les tableaux de bord, ce qui coûte cher », ajoute-t-il.

Le point mort pour être rentable avec ce service d’autopartage est compris entre cinq et sept usages par jour par voiture. « Paris atteindra cet objectif dans deux à trois ans », espère M. Carré. Renault négocie actuellement avec douze très grandes villes européennes, dont des françaises, pour étendre le dispositif.

LARGUS.FR (9/9/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.