Fermer
#Batterie - #Nissan - #Renault - #synergies

Renault et Nissan veulent davantage de synergies dans les batteries

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Renault et Nissan sont en discussion pour dégager davantage de synergies dans les modules de batteries électriques, a déclaré le 11 mai le directeur général de Renault lors d’une conférence, un test important pour l’avenir de l’Alliance dans le contexte de la course à l’électrification des véhicules.

« Nous prenons actuellement beaucoup de décisions pour mettre des choses en commun […] les modules de batteries, par exemple, constituent un de ces sujets dont nous discutons en ce moment même », a déclaré Luca de Meo lors de la conférence « Future of the car » organisée par le Financial Times.

« Si nous parvenons à une approche très synergétique sur les batteries, l’alliance sera probablement l’une des premières à franchir le seuil du million de voitures vendues avec le même module », a-t-il ajouté.

Les batteries sont depuis dix ans un point faible de l’Alliance Renault Nissan en terme de synergies, avec d’un côté des modules longtemps développés plutôt en interne par le groupe japonais pour sa berline Leaf et de l’autre des éléments achetés au coréen LG pour la Renault Zoé.

« Nous travaillons maintenant sur les batteries de troisième génération, qui seront la batterie commune de l’Alliance Renault, Nissan et Mitsubishi », a déclaré de son côté Ashwani Gupta, directeur général adjoint de Nissan, à la conférence organisée par le FT. « Si vous faites une batterie […] avec la même chimie, la même structure, le même circuit d’approvisionnement, cela permet vraiment d’aller de l’avant », a-t-il ajouté.

M. Gupta estime que cette nouvelle génération permettra d’abaisser le coût de la batterie à moins de 100 dollars le kWh. Ce seuil est important car, selon plusieurs études, c’est à partir de ce niveau qu’une voiture électrique devient aussi compétitive qu’un véhicule conventionnel à moteur thermique.

REUTERS (11/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.