Fermer
#Etude - #Europe - #IHS Markit - #Prévisions - #Production

Quelles prévisions pour la production automobile en Europe en 2020 ?

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

D’après les données communiquées par IHS Markit, la production de voitures dans l’Europe des 28 a chuté de 40 % au premier semestre de 2020 (– 62 % au deuxième trimestre). Le cabinet anticipe une baisse d’environ 25 % cette année, autour de 13,34 millions d’unités. « L’opportunité était belle de réduire la période des congés en juillet et en août afin de rattraper les pertes du printemps, or il n’en a rien été », souligne Denis Schemoul, analyste chez IHS Markit. La production d’automobiles a reculé de 9 % de juin à septembre 2020.

Selon l’Union de l’industrie automobile allemande (VDA), la production de voitures dans le pays a chuté de 35 % en août (– 36 % sur huit mois). Au Royaume-Uni, en juillet, la baisse se situait à 20,8 % et, au cumul des sept mois, la perte de production s’élevait à 307 707 véhicules, à – 39,7 %. « Pour dimensionner l’impact de la crise sanitaire, nous avons retiré entre 17 et 18 millions de véhicules fabriqués au niveau mondial par rapport à 2019, soit une prévision de 70 millions cette année, contre 88 millions l’an dernier », détaille M. Schemoul.

A l’image du repositionnement de Nissan en Europe, annoncé en juin, ou du retrait pressenti de Mitsubishi, cette crise sanitaire pourrait remodeler les stratégies industrielles des constructeurs à long terme. « Nos prévisions de volumes sont dégradées sur les cinq à sept prochaines années par rapport à celles du début d’année », indique le consultant. « Sur le long terme, nous n’avons pas encore isolé de grandes tendances résultant de cette crise, mais nous pouvons imaginer que la rationalisation et les coopérations, déjà bien engagées, ne vont aller qu’en s’accentuant. General Motors et Honda ont signé une alliance en Amérique du Nord, Toyota renforce son partenariat avec Subaru, Mazda et Suzuki, il y a de nouveaux accords entre BMW et Jaguar Land Rover. Les discussions qui étaient en cours ne peuvent être que facilitées dans ce nouvel environnement et des nouveaux besoins de consolidation vont émerger », ajoute-t-il.

La fermeture des usines suivie d’une réouverture progressive et calibrée, pour des raisons sanitaires, ont eu pour conséquence de réduire fortement les stocks de voitures dans les réseaux, « qui n’étaient déjà pas élevés avant le début de la crise », rappelle Denis Schemoul : « Comme la production est repartie beaucoup moins vite que les ventes au troisième trimestre, les stocks n’ont pas pu être reconstitués et la question qui se pose sur la fin d’année est de savoir si les constructeurs vont vouloir rester à des niveaux très bas ou revenir à des niveaux normaux ».

Ivan Segal, directeur du commerce de Renault, livre déjà quelques éléments de réponse. « En l’absence de visibilité, tous les constructeurs sont actuellement dans une logique de mise au juste niveau de la production. Tout le monde se pose la question de savoir à quelle cadence et à quelle volumétrie on remet les usines en route. Sur le plan financier, ce n’est pas la bonne année pour aller pousser les voitures dans le réseau de manière massive, car ce dernier reste fragile. Nous avons ramené le stock à un niveau modéré et très centré, notamment par rapport à ce que nous avons pu connaître pendant les années de croissance, et ce sera encore le cas à la fin de décembre », commente-t-il.

LARGUS.FR (13/10/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.