Fermer
#Automobile - #Emploi - #Etude - #Observatoire de la métallurgie

L’industrie automobile a perdu 100 000 emplois depuis 2008

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

D’après une récente étude de l’Observatoire de la métallurgie, près de 100 000 emplois ont été perdus depuis 2008 en France dans le secteur de l’industrie automobile. Entre 25 000 et 32 000 pourraient encore disparaître d’ici à 2025.

Entre 2008 et 2019, le déclin de l’emploi dans l’industrie automobile a atteint 28,7 %, un déclin continu en dehors de la période 2010-2011 : de 260 000 salariés, le niveau de l’emploi est passé à 190 000 salariés.

Ce déclin n’est pas propre à l’automobile : toute l’industrie a vu une contraction des effectifs et la moitié des 306 zones d’emploi en France n’avait pas recouvré, fin 2019, le nombre d’emplois de fin 2008. Mais la construction automobile a connu une baisse deux fois plus importante que l’industrie nationale. Tous les territoires ne connaissent pourtant pas tous les mêmes trajectoires. La Bretagne, Centre-Val-de-Loire, Grand Est et Nouvelle-Aquitaine sont les régions les plus affectées par les pertes d’emploi, tandis que les Pays-de-la-Loire (- 8 %) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (- 20 %) résistent mieux. Les zones d’emploi leaders historiques de l’automobile ont largement pâti de cette crise, y compris celles qui se distinguaient par des fonctions de siège et de recherche & développement : Paris, Montbéliard, Rennes, Mulhouse, etc. 150 zones d’emplois au total ont perdu 10 postes ou plus parmi celles qui en recensaient au moins 200 dans la construction automobile.

Face aux défis de la transformation de cette industrie, une adaptation de l’emploi et des compétences est indispensable. D’autant que l’étude met en avant que, si la période 2022-2035 suit la même dynamique négative que la période 2008-2021, l’emploi automobile risque de chuter à nouveau de 90 000 personnes, ce qui ferait sortir la France des grandes nations de la construction automobile produisant un effet boule de neige et d’autres fermetures en cascade.

Cette érosion remettrait également en cause la viabilité d’un grand nombre de PME, fragilisant par là-même d’autres secteurs industriels comme le ferroviaire, mais aussi l’économie numérique qui ne peut survivre sans base industrielle forte.

JOURNALAUTO.COM (27/4/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.