Fermer
#Electrique - #Michelin - #Pneumatique

Les V.E., une aubaine pour les manufacturiers, notamment Michelin

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Les manufacturiers ont lourdement investi en R&D pour développer des pneumatiques adaptés aux voitures électriques, afin de préserver l’autonomie des batteries. Des produits hautement technologiques et à forte valeur ajoutée, plus rentables pour les fabricants de pneumatiques. « C’est une opportunité formidable. Ce type de véhicule requiert des pneus hautement technologiques, qui entrent précisément dans le cahier des charges de Michelin », insistait le patron de Michelin, Florent Menegaux, il y a quelques jours, en présentant son plan stratégique.

« En réduisant la résistance au roulement, on peut gagner jusqu’à 10 % d’autonomie, c’est considérable », explique Eric Vinesse, directeur de la R&D chez Michelin. C’est toutefois compliqué, car les voitures à batteries sont plus lourdes, avec un centre de gravité plus bas, entraînant des efforts latéraux plus élevés : selon Kepler Cheuvreux, la résistance au roulement des pneus représente 25 % de la consommation d’énergie des véhicules électriques, contre 4 à 11 % pour les voitures thermiques. « Il faut donc des bandes de roulement différentes, plus résistantes à l’usure », souligne M. Vinesse. Le confort acoustique doit aussi être pris en considération. « Comme les voitures électriques sont silencieuses, nous avons développé une mousse à placer à l’intérieur du pneu, pour réduire sa résonance dans l’habitacle », poursuit le directeur.

De quoi permettre aux manufacturiers occidentaux de résister à la pression des pneus asiatiques, qui ont gagné 25 % à 30 % du marché européen en quelques années. Chez Michelin, la part de marché sur les voitures électriques serait déjà, selon Florent Menegaux, deux à trois fois supérieure à sa part de marché moyenne.

ECHOS (30/4/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.