Fermer
#Equipementiers - #Monde - #Situation

Les équipementiers sont sous pression

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Les perspectives de l’industrie s’améliorent, mais les temps restent difficiles pour de nombreux équipementiers.

Plusieurs fournisseurs mondiaux ont vu leurs marges s’effondrer en raison d’une année catastrophique et de la chute de la production automobile provoquée par la pandémie de coronavirus. De mauvais résultats financiers ont déjà conduit des entreprises à se séparer d’activités, à repenser leur stratégie voire à se déclarer en faillite. Un expert de PwC aux Etats-Unis, Dietmar Ostermann, constate que de nombreux fournisseurs rencontrent des difficultés et estime que cinquante à cent fournisseurs supplémentaires dans le monde pourraient faire faillite au cours des six à neuf prochains mois.

Les équipementiers américains Shiloh Industries et Garrett Motion se sont placés récemment sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. Le premier aciériste mondial, ArcelorMittal, a cédé la semaine dernière la plupart de ses activités en Amérique du Nord au fournisseur d’acier américain Cleveland-Cliffs. Le 23 septembre, Continental et Osram ont annoncé qu’ils voulaient dissoudre leur coentreprise dans l’éclairage Osram Continental. Continental vient par ailleurs d’approuver un plan de restructuration qui entrainera la suppression de 30 000 emplois au cours des cinq prochaines années. Le fournisseur suédois Veoneer a vendu au mois d’août ses activités de freinage aux Etats-Unis à ZF.

« Les concessionnaires vendent à nouveau des véhicules, mais les fournisseurs ne sont absolument pas tirés d’affaire. Ils sont confrontés à un manque sévère de main-d’oeuvre car les ouvriers ont peur de revenir travailler. De nombreuses entreprises ont besoin de liquidités, mais les banques ne veulent pas leur prêter de l’argent actuellement« , indique Laurie Harbour, un consultant et analyste qui travaille avec les fournisseurs de deuxième et troisième rangs. Il craint que 30 % de ces fournisseurs ne passent pas les dix-huit mois qui viennent.

AUTOMOTIVE NEWS (5/10/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.