Fermer
#CNPA - #Delphi Technologies - #Diesel

Les diéselistes vont-ils disparaître ?

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Entre les constructeurs qui bannissent le diesel de leurs nouveaux modèles, la future norme Euro-7 prévue pour 2026 qui, en abaissant les niveaux tolérés pour chaque polluant, va précipiter la chute des moteurs 100 % thermiques, et les ventes de véhicules diesel qui s’érodent d’année en année, difficile d’imaginer une issue glorieuse pour les moteurs à combustion et pour le diesel en particulier. Mais comment les acteurs du diesel, équipementiers et réparateurs diésélistes, abordent-ils ce désaveu pour une énergie qui, il n’y a pas si longtemps, était la préférée des automobilistes ?

« Aujourd’hui encore, 27 % des véhicules neufs sont vendus en diesel. Sur les 39 millions de véhicules qui composent le parc automobile français, 99 % sont thermiques car n’oublions pas que les hybrides, eux aussi, disposent d’un moteur thermique. D’autre part, les primes à la conversion ont permis de renouveler 2 millions de véhicules, mais seuls 57 % d’entre eux ont été remplacés par des véhicules neufs et en grande majorité thermiques. Bref, le diesel, aujourd’hui, c’est environ 47 % du parc roulant, soit près de 18 millions de véhicules. On ne peut pas dire que la situation a évolué très vite », rappelle Christophe Maurel, président de la branche des concessionnaires VP du CNPA.

Sans compter que le gouvernement maintient jusqu’au 30 juin 2021 sa prime à la conversion soutenant l’achat d’un diesel Crit’Air 2. Or, majoritairement, les diésélistes interviennent sur des véhicules âgés de 7 à 10 ans. « A l’horizon 2040, nous savons que le moteur à combustion sur le parc va baisser et, d’après nos estimations, en 2025, le parc roulant diesel sera à 36 %. Mais le parc VO est important et nous avons vu notamment en 2020 ce qu’il s’est passé – il s’est vendu 3,4 fois plus de VO que de VN. Ainsi, l’injection carburant sur le parc va rester en service jusqu’en 2037, que ce soit en diesel ou en essence. Forcément, cela rassure le réseau et la rechange, car ces véhicules-là, il faut continuer à les entretenir », ajoute Philippe Astier, responsable marketing Europe du Sud pour Delphi Technologies.

En concessions, dès cette année, les interventions diesel seront deux fois moins nombreuses. Cette perte sera compensée par l’entretien sur des véhicules plus âgés, ainsi que sur les hybrides et les électriques.

Sans compter que les concessions capitalisent également beaucoup plus sur des véhicules plus âgés, avec des garanties étendues à cinq ans et des kilométrages plus élevés, une source de chiffre d’affaires supplémentaire indéniable pour les ateliers. Reste que si les concessionnaires sont eux aussi adaptables, ils le sont un peu à marche forcée, leurs interventions, encore une fois, étant principalement réalisées sur des véhicules récents.

LARGUS.FR (5/4/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.