Fermer
#Aiways - #Byd - #Constructeurs chinois - #Dongfeng - #Electrique - #Europe - #Saic

Les constructeurs chinois misent sur l’électrique pour leur offensive en Europe

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Les constructeurs chinois SAIC, Dongfeng et BYD ont décidé de conquérir une nouvelle clientèle en Europe et, pour ce faire, de s’appuyer sur leurs véhicules à batteries ou hybrides rechargeables, en commençant notamment par les véhicules de loisir.

La nouvelle marque Aiways, start-up appartenant au géant SAIC, a ainsi lancé mi-mars son U5 sur le Vieux Continent, avec un an de retard pour cause de Covid. Son prix est de 40 000 euros, sans bonus écologique.

Le groupe SAIC dispose d’un autre levier en Europe : MG Motor, la célèbre marque britannique rachetée en 2006. Après un SUV tout électrique lancé en mai, le MGZS (30 000 euros hors bonus), et sa version hybride rechargeable en janvier (le MGEH), la marque a annoncé début mars deux nouveaux modèles plus ambitieux : le Marvel R, un SUV connecté doté d’une autonomie de 400 km, et sa variante break.

BYD a de son côté choisi de lancer le Tang, véhicule de loisir de haut de gamme, en Norvège, un pays déjà converti à l’électrique, avant de se déployer ailleurs sur le Vieux Continent.

Enfin, Dongfeng, l’autre géant automobile, débarque en Europe avec Seres, une nouvelle marque de véhicules électriques. Le Seres 3, un premier SUV déjà commercialisé en France, sera suivi au printemps par le Seres 5.

Cette stratégie de montée en puissance progressive pourrait-elle réduire en quelques années le poids des géants occidentaux et japonais qui convertissent aujourd’hui leurs gammes à l’électrique ? « Je n’en suis pas convaincu. Quand les marques japonaises sont arrivées, dans les années 1980, l’automobile était en crise sur le Vieux Continent. Les marques européennes étaient affaiblies. Aujourd’hui, elles sont bien positionnées. Elles se sont renforcées. Et, surtout, elles profitent de leur puissant réseau de distribution et d’après-vente », observe François Roudier, du CCFA.

FIGARO (23/3/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.