Fermer
#CNPA - #Coronavirus - #Sondage

Les chefs d’entreprise ont le moral en berne, prévient le CNPA

Icone de twitter
CCFA_Auto
🏆 Les Peugeot 208 et 2008 en tête de leurs catégories au Women’s World Car of the Year 👏👏 👉 @Peugeot... ccfa.fr/actualites/les…  #Peugeot #Peugeot2008 #Peugeot208 #WomenWorldCaroftheYear
Icone de twitter
CCFA_Auto
La Maserati Ghibli “Hybrid” arrive en concessions 👉 @Maserati_HQ @Stellantis @Am__today @le_Parisien @Le_Figaro @LaTribune @Auto21news @afpfr... ccfa.fr/actualites/la-…  #Ghibli #Hybride #Maserati
Icone de twitter
CCFA_Auto
Iveco va fournir 100 camions alimentés au gaz naturel à Gruber Logistics 👉 @IVECO @CNHIndustrial @Stellantis @Am__today @le_Parisien... ccfa.fr/actualites/ive…  #Accord #Camions #GNL #Iveco
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Pour mesurer l’impact de la crise sanitaire sur le secteur et mieux connaître les attentes pour les prochains mois, le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) a lancé une enquête auprès de 1 200 entreprises. Il en ressort que la crise économique liée à la situation sanitaire a eu un impact significatif sur l’activité et l’emploi dans les services automobiles et qu’elle continue de produire ses effets en 2021. Quelque 75 % des chefs d’entreprise déclarent avoir « un moral dégradé ou fragile », alors qu’ils ont des doutes quant à leur capacité à surmonter cette crise. De même, ils sont 63 % à penser que la situation continuera à se dégrader dans les prochains mois et 34 % à estimer qu’elle n’évoluera pas. Ainsi, 73 % d’entre eux ressentent un moral « fragile voire dégradé » au sein de leurs équipes et ils sont 71 % à se demander s’ils seront capables de passer la crise. Cette morosité ambiante est évidemment liée à la chute des activités, puisque 54 % des entreprises du secteur ont constaté une dégradation de leur trésorerie en janvier 2021 par rapport à janvier 2020.

Même s’il souhaite « redonner une perspective aux entreprises » du secteur et « retrouver une dynamique collective », Francis Bartholomé, président du CNPA, a déclaré son intention, lors d’une visio-conférence organisée le 17 février, d’interpeller le gouvernement sur plusieurs sujets. « Les mesures du couvre-feu depuis décembre posent un réel problème dans nos entreprises, aussi bien sur la partie commerciale et les activités de réparation », s’inquiète-t-il, pour demander au gouvernement « de revoir dès que possible cette mesure pour la réadapter à notre activité ».

En complément, il appelle les autorités à clarifier « les modalités de soutien aux entreprises au cours des prochains mois ». Il souhaite ainsi la mise en place d’un accompagnement des TPE et PME via un « prêt de consolidation » garanti par l’Etat et amortissable sur 10 ans, ou encore la possibilité, pour les Prêts garantis par l’Etat (PGE) non consommés, de les « rembourser sans intérêt à l’issue de la période de différé de deux ans ». En effet, seulement 30 % des entreprises ayant eu recours à un PGE seront en mesure de le rembourser cette année et 30 % ne savent pas encore si elles en seront capables. Or le recours au PGE a été massif, puisque par exemple 73 % des concessionnaires et 80 % des parcs de stationnement en ont eu besoin.

Enfin, le CNPA souligne que le Plan de relance peut être, par exemple, un accélérateur de la digitalisation des activités, mais seules 17 % des entreprises pensent que les aides de ce plan sont adaptées à leurs besoins. L’instance représentative a ainsi lancé un « important programme d’actions » pour promouvoir des projets éligibles au Plan de relance.

LARGUS.FR (17/2/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.