Fermer
#Emploi - #Inteva products - #reprise - #Usine

L’équipementier Inteva Products France repris par sa maison-mère américaine

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’équipementier automobile Inteva Products France, en redressement judiciaire, va pouvoir être repris par sa maison-mère américaine, dans le cadre d’une offre actant 265 suppressions de postes et la fermeture du site de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), a-t-on appris le 9 octobre auprès du tribunal de commerce d’Orléans.

Inteva Products France employait 621 salariés sur trois sites en France. Spécialisé dans la fabrication de moteurs de lève-vitres et de serrures de véhicules, il avait été placé en redressement judiciaire en juin.

Le plan présenté par Inteva products LLC va entraîner la fermeture de l’usine de Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), qui employait 223 salariés, la poursuite de l’activité à Esson (Calvados), qui emploie 238 personnes, et 42 licenciements sur 160 postes au siège de Sully-sur-Loire (Loiret).

Dans leur jugement, les juges ont écarté la seule autre proposition de reprise, qui émanait des entrepreneurs Emmanuelle Gautier et François Huon, au motif qu’ils « n’ont pas réuni les financements » et que « la garantie du prix de cession n’a pas été versée ». Ils prévoyaient de conserver le site d’Esson ainsi que 35 postes dans le Loiret, mais avaient reconnu, lors de l’audience du 22 septembre, que le financement de leur offre « n’était pas finalisé ».

Le tribunal observe en outre que l’offre d’Inteva « a reçu le soutien de ses principaux clients, gage de sécurisation du projet ». Le prix de la cession a été fixé à 1,250 million d’euros.

L’instance considère enfin que cette cession n’entre pas juridiquement parlant dans le cadre de l’ordonnance de mai 2020 qui facilite la reprise d’une entreprise par ses dirigeants, car Inteva Products LLC « n’est pas dirigeant d’Inteva Products France ».

AFP (9/10/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.