Fermer
#Electrique - #Essence - #Etude - #Prix

Le véhicule électrique à parité avec le véhicule essence à partir de 2031, selon ICCT

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans sa dernière étude, l’organisation ICCT (International Council on Clean Transportation) considère qu’en Europe, la courbe de prix des véhicules électriques à batterie (BEV) et celle des véhicules à essence se croisera en 2031. « Les courbes de prix de vente entre les véhicules à batteries (VEB) et à essence (ICE) devraient se croiser à partir de 2031 dans un scénario central. A noter que cette étude ne conserve des véhicules thermiques que les véhicules à essence et considère le diesel comme déjà hors-jeu », peut-on lire.

Le véhicule de référence dans cette étude est un véhicule du segment C (la Golf), le prix de référence est celui de 2018. L’étude présente l’évolution de l’écart de prix avec la base de départ sur trois années cibles : 2025, 2030 et 2035. Pour les véhicules à essence, les prix augmentent à chaque point de passage. A l’inverse, l’écart se réduit pour les véhicules électriques (BEV).

Dans cette étude ICCT fait le pari que la réduction des prix de vente des véhicules électriques ira plus vite que celle des coûts de production : « Outre les coûts de fabrication directs, le prix de détail prend également en compte les éléments de coûts indirects, tels que la recherche et le développement et les coûts de garantie. Alors que les coûts indirects des véhicules électriques sont initialement répartis sur un petit nombre de véhicules produits, ils sont répartis sur un volume de ventes beaucoup plus important dans les années ultérieures et peuvent même tomber en dessous de ceux des véhicules ICE conventionnels », écrivent les auteurs. ICCT fait ainsi l’hypothèse d’une baisse des coûts indirects de 80 % entre 2017 et 2030, les coûts indirects restant constants après 2030. « En conséquence, nous prévoyons que le prix de détail des VEB diminuera d’environ 3 % à 8 % par an entre 2021 et 2025, grâce à la réduction des coûts des batteries et à la baisse des coûts indirects », précise le document.

Selon ces hypothèses, l’écart entre un véhicule thermique essence et un BEV se réduit à 470 euros en 2030. L’écart s’inverse en 2035 avec un BEV moins cher de 310 euros. ICCT annonce que les courbes de prix se croisent en 2031, année où essence et VEB (350 km d’autonomie) sont au même prix. L’écart reste cependant très conséquent si l’autonomie est plus importante que 350 km. Ainsi, dans les calculs de ICCT, en 2030, le surcoût à l’achat d’un véhicule électrique est de 1 800 euros pour une autonomie de 450 km et 3 210 euros pour une autonomie de 550 km. En 2035, il se situe encore respectivement à 820 euros et 1 950 euros.

AUTOACTU.COM (26/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.