Fermer
#Hildegard Müller - #transition écologique - #VDA

Le VDA met en garde contre un virage vert trop rapide

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Hildegard Müller, présidente du VDA, la puissante fédération de l’industrie automobile allemande, avertit dans un entretien accordé aux Echos qu’une transition écologique plus rapide que prévu aura un lourd coût économique et social.

« Comme l’a rappelé la cour constitutionnelle allemande, la protection du climat est un devoir générationnel », et si « les conditions-cadres sont réunies, nous arriverons à la neutralité climatique en 2050″, assure Mme Müller. Cette neutralité climatique aura un coût, qui « se chiffre à 1 850 milliards d’euros en Allemagne, soit la moitié des performances économiques annuelles du pays », et pour financer ce coût, « les entreprises allemandes doivent être compétitives », assure la dirigeante, qui « s’agace » en outre des nouveaux objectifs du gouvernement allemand , qui vise désormais la neutralité climatique dès 2045 et non plus 2050. Un zèle que Mme Müller attribue à la campagne électorale en cours.

Le VDA est en alerte alors que la Commission européenne doit présenter le 14 juillet une série de propositions pour décliner secteur par secteur son plan Climat. Deux options à l’étude inquiètent particulièrement Mme Müller : une interdiction des voitures neuves à essence à partir de 2035 et non plus 2040 comme prévu initialement, et une définition extrêmement stricte de la future norme Euro 7 sur les émissions automobiles à partir de 2025. Si ce dernier scénario était confirmé, il reviendrait à interdire les véhicules thermiques, alors que les petits modèles électriques restent encore trop chers à ce stade pour les revenus modestes, prévient la dirigeante.

En pleine transition vers la voiture électrique, les constructeurs allemands font également pression sur Bruxelles pour accélérer le déploiement du réseau européen de recharge. Avec quelque 250 000 bornes installées surtout aux Pays-Bas, en France ou en Allemagne, l’Europe est encore très loin des 3 millions de bornes promises pour 2030. Sans certitude de pouvoir brancher leurs voitures sur de long parcours, « nous n’aurons pas la confiance des consommateurs. Et les objectifs climatiques européens ne peuvent pas être atteints sans les entreprises et sans les consommateurs », souligne Mme Müller.

LESECHOS.FR (19/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.