Fermer
#Electrique - #Etats généraux de l'automobile

Le syndicaliste Stéphane Destugues et l’économiste Alain Grandjeandemandent l’organisation d’Etats généraux de l’automobile

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans une tribune publiée par Le Monde, le syndicaliste Stéphane Destugues et l’économiste Alain Grandjean appellent à ne pas laisser à « un petit cercle de décideurs » le soin de décider la transition de toute une industrie vers la mobilité électrique, d’autant plus que, d’après l’Observatoire de la métallurgie, 100 000 emplois pourraient disparaître dans les quinze ans à venir.

« La première urgence est de ne plus considérer l’emploi comme une variable d’ajustement de stratégies de court terme. Les salariés doivent pouvoir anticiper et négocier les choix opérés et bénéficier d’un accompagnement dans leur parcours de vie. Dialogue et accompagnement sont de la responsabilité du gouvernement et des constructeurs dans les dix ans à venir », estiment MM. Destugues et Grandjean.

« La seconde urgence est de faire émerger une filière batterie intégrée, depuis sa conception jusqu’à son recyclage, en passant par le reconditionnement et le rétrofit des véhicules [la conversion des véhicules thermiques en véhicules électriques]. Si le coût du travail est aujourd’hui un argument pour délocaliser, ce ne sera plus le cas d’ici à quelques années. La compétitivité reposera de plus en plus sur les coûts d’approvisionnement en matières premières et en énergie, ainsi que sur la capacité à réduire les externalités environnementales », poursuivent-t-il.

« La transition du secteur automobile est trop importante, pour l’industrie française et les territoires, pour qu’on ne la confie qu’à un petit cercle de décideurs. C’est pourquoi nous demandons l’organisation, en urgence, d’Etats généraux de l’automobile. Nous devons coconstruire ensemble une feuille de route pour une transition juste et durable de la filière. Ensemble, nous pouvons saisir l’occasion de la transition vers la sobriété pour déjouer, enfin, le scénario de la désindustrialisation », concluent-t-il.

MONDE (11/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.