Fermer
#Dirigeant - #Electrification - #Toyota

Le président de Toyota émet des réserves sur l’électrification très rapide voulue par certains gouvernements

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Pionnier de l’hybride, Toyota reste très timide dans le domaine des véhicules 100 % électriques. Akio Toyoda, président du groupe, émet en effet des réserves sur le passage trop rapide de l’industrie automobile au tout électrique.

M. Toyoda a notamment pointé du doigt le manque d’infrastructures dédiées aux véhicules « zéro émission » au Japon. Selon lui, le pays pourrait se retrouver à court d’électricité durant l’été si toutes les voitures fonctionnaient exclusivement sur batterie.

Les infrastructures nécessaires coûteraient, toujours selon lui, l’équivalent de 100 à 300 milliards d’euros. « Quand les politiques disent ‘débarrassons-nous de toutes les voitures qui roulent à l’essence’, comprennent-ils vraiment ce que cela implique? », s’interroge M. Toyoda.

« Le modèle économique actuel de l’industrie automobile s’effondrerait si le Japon précipitait l’électrification de son marché, occasionnant des millions de pertes d’emplois. Cette électrification entraînera en outre une hausse du prix des voitures au détriment des automobilistes les moins aisés », déplore-t-il par ailleurs.

Les questions de la production de l’électricité, de son approvisionnement et de la capacité du réseau à alimenter les véhicules aux « heures de pointe » sont au cœur de la problématique de l’électrification.

Toyota, comme Hyundai ou Honda, reste fortement impliqué dans le développement de la technologie de pile à hydrogène. D’autres constructeurs, tels que Volkswagen et Mazda, travaillent de leur côté sur les carburants synthétiques issus de sources non-fossiles, mais les échéances annoncées par plusieurs gouvernements pour l’interdiction de la vente de véhicules thermiques laissent peu de marge de manœuvre aux industriels pour plancher sur ces alternatives.

AUTO PLUS (18/12/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.