Fermer
#CCFA - #Diéséliste de France - #Immatriculations - #Marché

Le marché français des voitures neuves a diminué de 9,5 % en octobre

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: top 3️⃣ EU countries with the 🔽 lowest excise duties on ⛽ 🥇 Bulgaria 🇧🇬 🥈 Poland 🇵🇱 🥉 Hungary 🇭🇺 #Taxation #diesel
Icone de twitter
mpemediatwit Icone de retweet
RT @mpemediatwit: Annonces du Pdt de @renault_fr JD Senard lors du 5ème Forum de l’industrie : En Méditerranée lire via
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Avec 171 049 immatriculations en octobre 2020, le marché français des voitures particulières a diminué de 9,5 % en données brutes (- 5,4 % à nombre de jours ouvrés comparable ; 22 jours, contre 23 en octobre 2019). Sur les deux premiers mois de l’année, le marché s’est établi à 1 337 747 unités, en baisse de 26,9 % à nombre de jours identique en données brutes et de 39,1 % à nombre de jours ouvrés comparable (211 jours).

Le marché des véhicules utilitaires légers a reculé de 4,1 % en octobre en données brutes, à 40 075 unités (+ 0,3 % à nombre de jours ouvrés comparables. Il a chuté de 18,8 % sur dix mois, à 322 992 unités.

Avec 4 068 immatriculations le mois dernier, le marché français des véhicules industriels de plus de 5 tonnes a reculé de 10,8 % par rapport à octobre 2019. Au cumul, il a diminué de 29 %, à 33 129 unités.

Par ailleurs, le marché du véhicule d’occasion est estimé à 593 411 voitures particulières en juin, en hausse de 11,4 %, et à 4 644 989 unités sur dix mois, en recul de 4,1 %.

La part de véhicules hybrides ou électriques a presque triplé en un an, représentant désormais près d’une voiture sur cinq. La moyenne des émissions de CO2 des voitures neuves vendues en France a ainsi atteint ainsi son plus bas historique, à 95,5 g/km.

Les marques françaises ont vu leurs ventes de voitures neuves diminuer de 5,8 % le mois dernier, à 103 072 unités (- 12,1 % pour Citroën, à 18 881 unités, – 26,7 % pour DS, à 1 953 unités, + 2,1 % pour Peugeot, à 34 499 unités, + 20,2 % pour Opel, à 5 097 unités ; – 4,7 % pour Renault, à 33 043 unités, – 23,3 % pour Dacia, à 9 535 unités, et – 49,5 % pour Alpine, à 56 unités). Les marques étrangères ont chuté de 14,6 %, à 67 977 unités. Le groupe Volkswagen a reculé de 8,2 %, à 21 171 unités, devançant le groupe Hyundai (stable, à 7 911 unités), le groupe Toyota (- 31,8 %, à 7 439 unités), le groupe BMW (- 23,1 %, à 6 241 unités), Daimler (- 9,7 %, à 5 553 unités), FCA (- 25,7 %, à 5 084 unités), Ford (- 27,2 %, à 4 696 unités), Nissan (- 9,1 %, à 3 009 unités), Suzuki (+ 43,3 %, à 2 294 unités), Volvo Cars (- 17,6 %, à 1 656 unités), Tata (- 27,5 %, à 678 unités) et Mitsubishi (- 58 %, à 227 unités).

Sur les dix premiers mois de 2020, les ventes de voitures des constructeurs français ont baissé de 26,3 %, à 777 559 unités, et celles des groupes étrangers de 27,8 %, à 560 188 unités.

« On revient aux chiffres traditionnels du mois d’octobre », a commenté François Roudier, porte-parole du CCFA. Les ventes sont plus « saines » que pour une fin d’année ordinaire, avec plus de ventes aux particuliers et moins de prix cassés, « et les marges sont bien tenues », a-t-il expliqué. « Mais il faut rester prudent sur la gestion des derniers mois de 2020 », a-t-il ajouté.

« Les commandes étaient assez bonnes début octobre, mais elles se sont dégradées fortement à la fin du mois », a expliqué M. Roudier. Entre le comportement imprévisible des consommateurs face aux primes et malus, et l’effet de la Covid, « on est sur une fin d’année difficile », a-t-il prévenu.

COMMUNIQUE DE PRESSE CCFA, AFP (1/11/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES