Fermer
#France - #Immatriculations - #marché automobile - #Prévisions

Le marché français a reculé de 25,5 % en 2020

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Avec 186 323 voitures neuves immatriculées en décembre 2020, le marché français a reculé de 11,8 % en données brutes et de 15,8 % à nombre de jours ouvrés comparable (22 jours, contre 21 en décembre 2019). Sur douze mois, les ventes de voitures neuves se sont établies à 1 650 118 unités, en chute de 25,5 % en données brutes et de 26,1 % à nombre de jours ouvrés comparable (253 jours, contre 251 sur la même période de 2019), régressant à leur niveau de 1975.

Avec 43 261 immatriculations de véhicules légers en décembre, le marché automobile français a diminué de 2,3 % en données brutes et de 6,7 % à nombre de jours ouvrés comparable. Il s’est établi à 402 383 unités sur l’ensemble de l’année, en recul de 16,1 % en données brutes et de 16,8 % à nombre de jours ouvrés comparable.

Avec 4 010 immatriculations en décembre 2020, le marché français du véhicule industriel de plus de 5 tonnes a en revanche progressé de 2,5 %. Sur l’ensemble de l’année, il a atteint 41 730 unités, en baisse de 24,5 %.

Le marché du véhicule d’occasion en décembre 2020 est quant à lui estimé à 486 916 voitures particulières, en hausse de 1 % par rapport à décembre 2019. Au cumul, 5 570 297 voitures particulières d’occasion ont été immatriculées, en baisse de 3,8 % par rapport à l’ensemble de 2019.

Sur l’année, le Groupe PSA (Peugeot, Citroën, DS et Opel) et Renault (comprenant Dacia et Alpine) ont légèrement mieux résisté que le marché, mais leurs livraisons ont tout de même été amputées respectivement de 25,1 % et 24,9 % par rapport à 2019.

De leur côté, les constructeurs étrangers ont vu leurs immatriculations se contracter en moyenne de 26,1 % sur un an. Le premier importateur en volume reste le groupe Volkswagen (avec Audi, Seat, Skoda), qui s’est toutefois moins bien comporté que la tendance (- 28,4 %).

FCA (Fiat-Chrysler), qui doit bientôt former avec PSA le quatrième conglomérat automobile mondial, a particulièrement pâti de la crise avec un repli de 41,5 %, tandis que Toyota, porté par l’engouement pour les motorisations hybrides, a limité les dégâts à – 12,2 % sur l’année.

L’industrie automobile dans son ensemble devrait rebondir dans les années qui viennent, mais le retour aux niveaux d’immatriculations d’avant la crise actuelle n’est attendu qu’en 2025, selon Matthias Heck de l’agence Moody’s, qui prévoit une hausse de 10,7 % en 2021 et de 10,5 % en 2022 en France.

AFP (1/1/21), COMMUNIQUE DE PRESSE CCFA (4/1/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.