Fermer
#Electrique - #Liban

Le Liban présente une première voiture « 100 % » électrique

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Une première voiture 100 % électrique produite au Liban a été dévoilée le 24 avril. Il s’agit de la « première production automobile locale », s’est félicité l’instigateur du projet Jihad Mohammad, un homme d’affaires palestinien né à Beyrouth, à la cérémonie de lancement dans la région de Khaldé, au sud de Beyrouth.

Baptisée « Quds rise » en référence à la ville de Jérusalem, la voiture au design futuriste et arborant le « Dôme du rocher », une mosquée sur l’esplanade des Mosquées dans la Ville sainte, a été conçue de « bout en bout » au Liban, a ajouté M. Mohammad. Le lancement du premier prototype au Liban fait suite à celui en juin 2020 de « Quds Capital » en Europe. La production de masse devrait débuter cet été, a-t-il indiqué.

Après avoir fait fortune dans le secteur des télécommunications au Canada et de la construction dans les pays du Golfe et en Irak, l’homme d’affaires a décidé de se lancer dans l’automobile. « C’est le premier business de ma vie au Liban », a indiqué le PDG d’E.V. Electra, une startup fondée il y a quatre ans.

Dans un pays au réseau électrique agonisant, abonné aux coupures d’électricité quotidiennes depuis la fin de la guerre civile en 1990, les habitants sont contraints à recourir à des générateurs privés pendant les pannes pouvant atteindre plus de 12 heures par jour. Et M. Mohammad devra faire de même pour faire face à ce défi de taille. La centaine de stations de recharge qu’il compte installer à travers le territoire seront raccordées à des générateurs privés et peuvent être alimentées à terme aux énergies solaire et éolienne.

Le coût de la voiture : 30 000 dollars, c’est-à-dire 360 millions de livres libanaises au taux du marché noir, après l’effondrement de la monnaie nationale qui a perdu en 18 mois plus de 85 % de sa valeur face au billet vert.

Mais à cause de la crise économique et de la baisse vertigineuse du pouvoir d’achat des Libanais, EV Electra, pour tenter d’écouler son produit, propose l’échelonnement de 50 % du montant sur cinq ans « sans intérêt », selon M. Mohammad.

Il ambitionne de vendre au Liban quelque 10 000 exemplaires de « Quds Rise » d’ici à un an, même si le marché automobile a été durement frappé par la crise économique : seules 62 voitures neuves importées ont été vendues en janvier et février 2021, une chute de 97 % sur un an, selon les chiffres de l’association des importateurs d’automobiles.

AFP (25/4/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.