Fermer
#Concessions - #Coronavirus - #Distribution - #Emil Frey - #Vente en ligne

Le leader de la distribution automobile Emil Frey craint un blocage du marché début 2021

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

« Si on ne nourrit pas les usines avec des commandes de véhicules, on risque de pénaliser la production », de « bloquer le marché » et « d’hypothéquer une partie du business du premier trimestre 2021 », estime Hervé Miralles, président du groupe Emil Frey France (ex-PGA Motors), premier groupe de l’Hexagone avec 250 concessionnaires, 25 marques et le site Autosphere.

Le dirigeant explique qu’avec le deuxième confinement, l’effondrement est total pour les véhicules neufs, à – 70 %. « Les clients ne viennent que chercher les véhicules déjà commandés. Côté occasions, les clients sont là, sur notre site Autosphere, ils se renseignent mais ne vont pas jusqu’à l’acte d’achat. On va essayer de profiter de ça au déconfinement pour relancer la machine. Si on équilibre avec l’après-vente, on sera à -50 % ou – 60 % », prévoit-il.

La vente en ligne va augmenter, « mais on en a pour des années avant que ça ne devienne le mode de distribution majoritaire. En tant que distributeur, on doit être présent pour capter le client et ne pas le laisser s’échapper vers des concurrents qui s’insèrent dans la chaîne de valeur de la vente automobile, sans en supporter les contraintes économiques. Celui qui porte le stock, c’est le concessionnaire », souligne par ailleurs le dirigeant.

« Dans 20 ans, le réseau ne sera peut-être plus le même. Il y a déjà eu un fort phénomène de concentration ces vingt dernières années. […] Elle va certainement se poursuivre. Les opérateurs qui estiment ne pas avoir une taille critique vont se lancer dans une course à la croissance, pour amortir leur structure, alors que les fonds de commerce sont fortement valorisés et le marché en forte baisse. De notre côté, Emil Frey a une taille critique et une implantation régionale qui ne rend pas la croissance incontournable », explique enfin M. Miralles.

AFP (24/11/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.