Fermer
#Pénurie de semiconducteurs - #Prévisions - #PwC

« Le gros de la crise est devant nous », estime José Baghdad, de PwC

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’industrie automobile doit faire face à une série de goulets d’étranglement sur les marchés : hausse des matières premières, rupture d’approvisionnement de composants électroniques, hausse du prix du transport de fret. « Les industriels planifient leurs besoins sur trois ans afin de donner de la visibilité à leurs fournisseurs qui, à leur tour, planifient leur production sur cette période. Ce qui se passe, c’est que les besoins anticipés par les constructeurs sont en-dessous de la réalité effective. Sur les composants électroniques, la situation est particulièrement critique puisque c’est une rupture d’approvisionnement qui impacte l’industrie automobile. Les fabricants ont annoncé de lourds investissements pour augmenter leurs capacités, mais cela va prendre du temps », explique José Baghdad, analyste chez PwC. « Sur les semi-conducteurs, il y a une tendance de fond sur l’ampleur de plus en plus importante de l’électronique dans l’automobile. Ce phénomène va s’accélérer avec le boom des voitures électriques et connectées. Le problème, c’est que les constructeurs sont dépendants de quelques fabricants », ajoute-t-il.

« Il y aura des conséquences très importantes pour les constructeurs. Les tensions sur les cours et sur la chaîne d’approvisionnement vont bouleverser la structure de coûts des constructeurs. Il y a des groupes qui ne pourront pas répercuter cette hausse de coûts sur leurs prix. Il faut s’attendre à des impacts conséquents sur leur rentabilité financière. Le gros de la crise est devant nous », estime l’analyste.

« Cette situation va représenter un frein énorme au développement des voitures électriques alors que les constructeurs y ont beaucoup investi et fondaient beaucoup d’espoir dans leur projet de transformation industrielle avec l’arrivée de nombreux nouveaux modèles. Les prochaines années devraient être critiques pour franchir de nouveaux paliers et grimper sur un plateau dans la voiture électrique. Mais le manque à gagner de cette crise pourrait empêcher les constructeurs d’investir dans ce rééquilibrage, notamment des capacités industrielles. Le risque serait même de descendre quelques marches par rapport à ce plateau », prévient-il.

LATRIBUNE.FR (18/2/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.