Fermer
#CyclOpe - #Etude - #Matières premières

Le dernier rapport CyclOpe dresse le bilan de la pandémie sur les matières premières

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La 35ème édition du rapport CyclOpe, publiée le 26 mai, fait le bilan de la pandémie sur les matières premières et essaie de tirer les grandes tendances du monde d’après. La récente flambée des cours est liée à un « rattrapage » et non à un prétendu nouveau « super-cycle ». La géopolitique reprend ses droits pour structurer les marchés de matières premières.

La publication de cette édition intervient alors que « tous les marchés sont dans l’excitation » explique Philippe Chalmin, président du CyclOpe et professeur à Paris-Dauphine. Mais c’est simplement « lié au phénomène de rattrapage avec un rebond de la consommation », nuance l’universitaire, qui ne croit pas une seule seconde au scénario de nouveau super-cycle vendu par la banque Goldman Sachs . « Dans la plupart des cas, c’est la Chine qui est responsable de ces tensions sur les prix par la dynamique de sa reprise économique et l’importance de ses besoins estimés et anticipés », précise-t-il.

L’idée d’un nouveau supercycle, c’est-à-dire une hausse durable de l’ensemble des matières premières, comparable à celui des années 2000 alimenté par l’émergence de la Chine et son urbanisation galopante, ne « paraît pas fondée » aux yeux de M. Chalmin. D’ailleurs, en dehors de Goldman Sachs, peu de monde achète cette idée de super cycle. « Sauf pour certains métaux touchés par les besoins nouveaux liés à la transition énergétique, on devrait assister à un atterrissage des cours », prédit-il.

En attendant, le rebond spectaculaire est « incontestable » concède Philippe Chalmin. La hausse des métaux est soutenue par le verdissement accéléré de l’économie, l’une des grandes tendances impulsées par la crise. Les marchés agricoles ont pris un peu de hauteur après quelques accidents climatiques. Mais l’envolée des cours confirme avant tout l’émergence de la Chine et de son rôle clé dans les matières premières « Elle a été la première touchée par la pandémie, elle en est sortie dès l’été, et les premières tensions sont apparues à l’automne ».

ECHOS (26/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.