Fermer
#Observatoire Cetelem - #Sondage

La voiture reste « indispensable » pour de nombreux citoyens à travers le monde

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Même si elle fait l’objet de critiques, la voiture reste « indispensable » pour de nombreux citoyens à travers le monde, qui voudraient cependant qu’elle prenne moins de place en ville, révèle le baromètre annuel publié Le 15 décembre par l’Observatoire Cetelem.

Dans les 15 pays étudiés, les comportements changent : 55 % des 10 000 sondés ne se voient pas vivre sans automobile, contre 80 % en 2017. Avec la crise sanitaire et économique, les intentions d’achat baissent partout sauf en Chine, selon cette étude intitulée « Le divorce impossible ? », publiée par cet institut du groupe BNP Paribas.

Mais la voiture reste « irremplaçable » pour les déplacements quotidiens (faire les courses, emmener les enfants à l’école), pour 85 % des personnes interrogées, particulièrement dans les pays émergents, en Chine et en Italie. Une personne sur deux se dit intéressée par l’automobile et un quart passionné, notamment en Turquie, en Afrique du Sud et au Brésil.

Les nouvelles générations sont plus engagées contre le réchauffement climatique, mais « il n’y a pas de rejet massif de la voiture chez les jeunes », relève Flavien Neuvy, de l’Observatoire Cetelem. La fracture est « plus géographique que générationnelle » : les habitants des métropoles de plus d’un million d’habitants sont les plus enclins à abandonner leur auto.

82 % des sondés sont pourtant favorables à ce que l’aménagement des villes fasse plus de place aux modes de transports doux et aux piétons (marche, vélos, trottinettes, etc.), quitte à pénaliser ou restreindre l’usage de la voiture.

« Les lignes sont en train de bouger mais il y a des injonctions contradictoires. C’est oui pour restreindre l’usage de la voiture, mais pas trop non plus », explique Flavien Neuvy.

Trois personnes sur quatre estiment que la circulation alternée, les péages urbains et l’interdiction de circuler pour certains véhicules sont indispensables et utiles. Mais plus de la moitié jugent ces mesures trop nombreuses et suffisamment contraignantes.

Le parc automobile risque de changer : trois quarts des personnes interrogées considèrent que la voiture électrique est l’avenir, même si les Français, les Allemands et les Belges se montrent un peu plus réservés. 27 % des Français qui comptent acheter une voiture bientôt choisiront une hybride, 26 % une essence et 17 % une électrique.

AFP (15/2/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.