Fermer
#Acier - #FIM - #Prix

La FIM alerte sur la situation critique de l’industrie liée à une hausse de l’acier et un allongement des délais de livraison sans précédent

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Déjà durement éprouvés par la crise sanitaire, les industriels mécaniciens subissent aujourd’hui des hausses de prix et des allongements de délai d’approvisionnement – voire de pénuries dans certains cas – qui mettent en danger leur activité. « Les délais moyens actuels d’approvisionnement sont compris entre 4 et 6 mois dans les aciéries et il est devenu très rare de trouver des délais plus courts auprès des intermédiaires qui n’ont plus de stock. Concernant les prix, la pénurie a permis aux sidérurgistes d’opérer des hausses de prix très importantes », déplore industriel de la mécanique.

Des hausses importantes de prix ont ainsi été constatées sur trois mois (de septembre à décembre 2020) sur certains métaux : tôle à chaud en bobine (+ 17,8 %), barre ronde acier allié (+ 11,2 %), rond à béton (+ 12,8%). L’indice FIM Mécastar note, de son côté, des hausses de l’ordre de 10 % à 40 % sur la période septembre-décembre 2020, pour différentes matières premières (aluminium, bronze en lingot, fil de cuivre, laiton en lingot, etc.).

Les industriels mécaniciens sont au bord de la fermeture en raison des délais, voire d’une rupture d’approvisionnement. Plus grave que la hausse des prix des matières, cette question des délais met en effet certains d’entre eux dans l’incapacité de livrer leurs clients. Le risque de perdre des clients, faute de pouvoir produire est de plus en plus fort. A terme, ce sont des fermetures d’usines qu’il faudra déplorer avec les conséquences sociales qu’elles entraînent.

Les PME mécaniciennes, dont les marges ont déjà été très impactées par la crise sanitaire et ne pourront donc pas absorber ce choc de prix sur leurs approvisionnements, seront contraints de répercuter les hausses de prix des matières auprès de leurs clients industriels et consommateurs. Sans cette alternative parfois encadrée dans des contrats commerciaux assez rigides avec des grands industriels, des risques de défaillance d’entreprises sont également à prévoir.

La FIM souligne son engagement aux côtés du gouvernement dans le cadre des mesures prises au travers du Plan de relance mais craint que la situation actuelle ne vienne anéantir tous les efforts financiers consentis.

COMMUNIQUE DE PRESSE FIM (2/2/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.