Fermer
#FIEV - #Pénurie de semiconducteurs

« La crise sur les composants électroniques va durer jusqu’à fin 2021 », estime Claude Cham (FIEV)

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que la pénurie de semi-conducteurs perturbe la production de nombreuses usines automobiles, Claude Cham, président de la FIEV (Fédération des industries des équipements pour véhicules), fait le point sur la situation et s’inquiète pour certains adhérents pas assez internationalisés.
« Chez les équipementiers, nous avons commencé par le recours au chômage partiel et à fermer certaines lignes de production, puis les constructeurs en bout de chaîne ont été affectés par le phénomène. Pour relancer la machine, cela ne se fait pas comme ça. Le temps de remettre en route les lignes de production, cela prend plusieurs mois. Même si on incite ou on aide financièrement nos fournisseurs à investir pour augmenter leurs capacités de production, je pense que la crise sur les composants électroniques va durer jusqu’à la fin de l’année 2021. Selon IHS, on aurait déjà perdu 1 million de voitures dans le monde au premier trimestre », explique-t-il.

« Tous [les équipementiers] qui se sont internationalisés au bon moment, qui ont diversifié leur clientèle, et qui occupent aujourd’hui des positions fortes un peu partout dans le monde, résisteront. Ceux qui sont restés nationaux et n’ont pas fait ce travail seront très fragiles et impactés. On peut craindre un certain nombre de difficultés pour eux. Par rapport à la crise de 2008, les équipementiers automobiles n’avaient pas des bilans très solides, mais ils ont réussi à se redresser et pourront faire face plus facilement parce qu’ils sont plus solides. Les mesures gouvernementales sont également de bonnes mesures qui ont largement accompagné la crise », indique-t-il par ailleurs.

« Je savais qu’on ne sortirait pas rapidement de la crise du Covid en quelques mois, mais je ne pensais pas que 2021 serait autant chahutée. Je pense que la situation devrait rentrer dans l’ordre au premier trimestre de 2022 », conclut le dirigeant.

LARGUS.FR (23/3/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.