Fermer
#Bornes de recharge - #Electrique - #Groupe PSA - #Kallista Energy - #Renault

Kallista Energy veut installer des bornes de recharge ultra-rapide sur les grands axes à partir de 2024

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Kallista Energy a présenté le 2 juillet un vaste plan visant à doter la France d’un réseau de bornes de recharge pour V.E. ultra-rapides à partir de 2024. Les installations se feront exclusivement en bordure des grands axes pour aider les automobilistes à couvrir de grandes distances en véhicule électrique.

Fort de son expérience et de son partenariat de longue date avec Enercon, spécialiste de l’éolien terrestre et fabricant de bornes de recharge, Kallista Energy compte proposer une solution utilisant des éoliennes pour produire le courant qui alimentera les batteries des véhicules. Il y aura deux éoliennes par station, chacune produisant entre 3 et 5 mégawatts, afin de fournir une puissance de charge de 350 kW que les futurs V.E. accepteront pour faire “le plein” en 10 minutes.

Au total, Kallista Energy compte bâtir 80 stations, soit suffisamment pour mailler le territoire avec une distance moyenne de 150 km entre les installations. Chacune de ces stations pourra compter 8 points d’ancrage au démarrage mais, au regard de la puissance délivrée par les éoliennes, il sera possible de monter à 48 points de recharge par localisation, sans travaux supplémentaires. En clair, le réseau qu’envisage Kallista Energy recensera entre 640 et 3 840 bornes ultra-rapides.

Pour raccorder les stations aux éoliennes, il faut investir 100 000 euros par kilomètre. Elles ne seront donc jamais bien éloignées. Mis bout à bout, Kallista Energy estime que le réseau réclamera un investissement compris entre 600 millions et 1 milliard d’euros. L’énergie produite ira en priorité vers les bornes, mais pourra donc également être revendue au réseau. Jour et nuit, l’éolienne alimentera la station à 80 % du temps. Les autres 20 % proviendront du circuit plus traditionnel. Pour le consommateur, Kallista annonce un montant de 30 centimes d’euros par kWh. Le plein s’afficherait donc à 15 euros.

Renault et PSA suivent de près le projet. Ils collaboreront avec Kallista Energy pour s’assurer que l’équipement sera toujours en phase avec les évolutions technologiques des véhicules. Cela sera d’autant plus vrai que l’énergéticien et son compagnon de route, Enercon, ne s’interdisent pas de connecter leurs éoliennes à d’autres types de stations, comme par exemple celles de production d’hydrogène.

JOURNALAUTO.COM (2/7/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.