Fermer
#conseil national de l'hydrogène - #Faurecia - #Hydrogène

Installation d’un conseil national de l’hydrogène

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le gouvernement a annoncé le 11 janvier l’installation d’un Conseil national de l’hydrogène, composé d’une quinzaine d’industriels, chargé de « contribuer » au déploiement en France de l’hydrogène décarboné.

Cette instance devra « structurer les échanges entre l’Etat et les parties prenantes, en particulier les filières industrielles, et mesurer le bon déroulement des actions prévues pour identifier, le cas échéant, les éventuels freins », expliquent les ministères de l’Economie, de la Transition écologique et de la Recherche.

Ce Conseil, qui se réunira dans le cadre du Conseil national de l’industrie et qui associera Régions de France, devrait se tenir pour la première fois courant janvier.

Parmi ses membres figurent des industriels spécialistes du secteur (Laurent Carme, directeur général de McPhy), des groupes énergétiques (le président d’EDF Jean-Bernard Lévy, la directrice générale d’Engie Catherine MacGregor, celle du Carbon Neutrality Business de Total Gabrielle Gauthey), ainsi que, pour les secteurs concernés, le président d’ArcelorMittal France Philippe Darmayan, le directeur exécutif de l’ingénierie d’Airbus Jean-Brice Dumont, pour la filière automobile Patrick Koller, directeur général de Faurecia, pour le ferroviaire Henri Poupart-Lafarge, président d’Alstom, ou la construction Guy Sidos, prérsident de Vicat.

On y trouve, côté recherche, François Jacq, administrateur général du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).

Patrick Koller et Benoît Potier, président d’Air Liquide, co-présideront l’instance.

La France a prévu d’investir 7 milliards d’euros d’ici à 2030 (dont 2 milliards d’ici à 2022 dans le cadre de la relance) pour œuvrer à l’émergence d’une filière française de l’hydrogène décarboné, à même de rendre plus propres l’industrie et les mobilités lourdes. L’objectif est d’accélérer la maîtrise technologique des composants de la chaîne de valeur et de favoriser un passage rapide à l’échelle industrielle permettant une baisse des coûts de production, souligne le gouvernement.

Quelque 880 000 tonnes d’hydrogène industriel ont été produites en France en 2020 (utilisé par exemple pour le raffinage pétrolier ou la fabrication d’engrais chimiques), mais il est à 95 % issu d’énergies fossiles, selon France Hydrogène. A horizon 2030, la filière vise 1,35 million de tonnes, pour des usages étendus et décarbonées à 52 % (issues d’énergies renouvelables, voire nucléaire ou fossile avec capture du carbone).

AFP (11/1/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.