Fermer
#Daimler - #France - #Ineos - #Rachat - #Smart - #Usine

Ineos a racheté l’usine de Smart à Hambach

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le géant britannique de la chimie Ineos a racheté à Daimler l’usine de sa marque Smart à Hambach pour y produire son 4×4 Grenadier.

Les deux parties ont officialisé la transaction dans des communiqués publiés le 8 décembre. « Cette acquisition est la plus grande étape à ce jour dans le développement du Grenadier », a expliqué Dirk Heilmann, patron d’Ineos Automotive. « Nous avons trouvé, avec Ineos Automotive, un acheteur déterminé à mener le site de Hambach sur la voie du futur », a pour sa part déclaré Jörg Burzer, responsable de la production chez Mercedes.

La ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a de son côté salué le « travail constructif » ayant amené de « réelles avancées » pour « pérenniser l’activité industrielle sur le site ». Un comité sera créé très prochainement pour suivre l’activité et la charge de l’usine.

Ineos prévoit de produire le Grenadier, qui marquera son entrée dans le secteur automobile, à Hambach à compter de 2022. Daimler s’est engagé à assurer la transition en poursuivant jusqu’en 2024 la production de Smart électriques sur le site, ainsi que celle de la face avant du nouveau tout-terrain de loisir électrique Mercedes.

1 300 emplois sur les 1 500 du site sont « préservés », selon le constructeur allemand. Pour les 200 autres, il faut encore « rechercher d’autres projets », a expliqué une source proche du dossier. Parmi les pistes envisagées, figure la construction par REC Solar France, filiale du danois REC Group, d’une usine de panneaux photovoltaïques juste en face de l’usine avec, à la clef, la création de 1 800 emplois d’ici à 2025.

AFP (8/12/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.