Fermer
#Electrique - #Europe - #Free Now - #Hybride - #Investissement - #Uber - #VTC

Free Now investit 100 millions d’euros pour devenir « net zéro carbone » d’ici à 2030

Icone de twitter
CCFA_Auto
MAN supprimera 3 500 emplois en Allemagne 👉 @RenaultTrucksCo @Am__today @le_Parisien @LaTribune @Le_Figaro @Reuters @afpfr... ccfa.fr/actualites/man…  #Allemagne #Man #Suppressions #emplois
Icone de twitter
CCFA_Auto
Deux projets de loi pour accorder une dérogation de circulation aux véhicules de plus de 30 ans au sein des ZFE 👉 @StellantisFR... ccfa.fr/actualites/deu…  #Projet #loi #véhicule #collection #ZFE
Icone de twitter
CCFA_Auto
Nissan vise la neutralité carbone à l’horizon 2050 👉 @Nissan @Groupe_Renault @Am__today @le_Parisien @LaTribune @Le_Figaro... ccfa.fr/actualites/nis…  #Emissions #Neutralité #carbone #Nissan
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

Le géant européen du VTC Free Now annonce un plan de 100 millions d’euros pour multiplier les voitures électriques dans sa flotte et devenir « net zéro carbone » d’ici à 2030, à l’image de son rival Uber. « Nous voulons avoir un impact significatif sur le changement climatique en prenant de l’avance sur les objectifs européens de neutralité carbone. Avec cela, nous aurons 20 ans d’avance sur l’Accord de Paris », a déclaré dans un communiqué Marc Berg, patron de Free Now.

De nombreux VTC, comme les taxis et la majorité des automobilistes français, roulent encore au gazole, une motorisation économique et longtemps promue par l’Etat, mais qui devrait être progressivement chassée des centres-villes.

En 2020, 37 % du parc automobile de Free Now était composé de véhicules hybrides et électriques. La société, qui revendique 250 000 conducteurs partenaires dans 100 villes européennes, vise désormais plus de 50 % de courses en véhicule électrique d’ici à 2025, et 100 % en 2030.

Free Now va inciter financièrement ses chauffeurs à passer à l’hybride ou à l’électrique, en proposant des aides et des rabais jusqu’à 25 % sur les voitures et de 15 % sur les recharges. La société compte aussi recruter des chauffeurs déjà équipés et consacrer 20 millions d’euros à des incitations pour les passagers.

Daimler et BMW, propriétaires de Free Now, offrent des tarifs préférentiels sur leurs véhicules. La société va également s’appuyer sur son large réseau de stations de recharge Charge Now et sur son offre de micromobilité (trottinettes Voi, vélos Bond, scooters Emmy), qui doit s’installer en 2021 en France.

Mais la plateforme a aussi établi des partenariats avec des constructeurs comme Hyundai en France, ou des fournisseurs d’électricité comme Energias do Portugal. « L’idée est de donner un éventail de choix abordables », souligne Antoine Lieutaud, directeur général de Free Now France.

Free Now va accélérer cette transition dans un premier temps au Royaume-Uni, avec un investissement d’environ 30 millions d’euros, avant de viser l’Allemagne, la France – où elle a avalé la plateforme Kapten -, puis l’Espagne et l’Irlande.

Le principal concurrent de Free Now, Uber, qui a envisagé son rachat, a annoncé en septembre 2020 un plan mondial à 800 millions de dollars pour atteindre la « neutralité carbone » à l’échelle mondiale d’ici à 2040, et dès 2030 en Europe et en Amérique du Nord. En France, Uber vise 50 % de véhicules électriques en 2025.

AFP (13/1/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.