Fermer
#Etude - #Ile-de-France - #Mobilité

Comment se déplacent les actifs d’Ile-de-France ?

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Comme chaque année, Alphabet France s’est intéressé fin 2020 à la mobilité des actifs français. Après avoir dévoilé les résultats de son baromètre annuel Alphabet France/IFOP à l’échelle nationale, le spécialiste des solutions de mobilité destinées aux entreprises s’est penché plus spécifiquement sur les déplacements professionnels et les trajets domicile-travail en région parisienne.

En Ile-de-France, la part d’actifs utilisant une voiture dans le cadre de leurs trajets professionnels et domicile-travail a atteint 52 % en 2020, soit près de 7 points de plus qu’en 2019. Si cette proportion reste bien inférieure à celle de la moyenne nationale (76 %), elle suit la même tendance à la hausse.

De plus, 13,3 % des actifs franciliens interrogés bénéficient d’un véhicule professionnel mis à leur disposition par leur entreprise : 9,4 % utilisent un véhicule de fonction ou de service et 4,8 % peuvent y avoir accès de façon ponctuelle (autopartage). Par ailleurs, 1,7 % pratiquent le covoiturage.

Si le temps de trajet domicile-travail est en moyenne de 24 minutes à l’échelle nationale, c’est en Ile-de-France qu’il est le plus long : 36 minutes en moyenne. Il dépasse 30 minutes pour 48,8 % des concernés (il est de 10 minutes ou moins pour seulement 10,8 % d’entre eux et est compris entre 11 et 20 minutes pour 16,1 %). A titre de comparaison, le temps de trajet est de moins de 20 minutes pour 70,9 % des actifs du Nord-Ouest, où seuls 13,5 % mettent plus de 30 minutes pour se rendre sur leur lieu de travail.

En Ile-de-France, la distance moyenne des trajets domicile-travail est de 20 kilomètres (contre 19 kilomètres en France). Pour 61,7 % des actifs interrogés en Ile de France, elle est inférieure ou égale à 30 kilomètres (cette proportion passe à 75,9 % des actifs sondés pour l’ensemble de la France).

La moitié des répondants de la région estiment que la mobilité liée à leurs déplacements dans le cadre du travail impacte leur QVT (qualité de vie au travail). Parmi les désagréments mentionnés, la perte de temps (58,4 %), le stress lié à la fréquentation accrue (57,5 %, un chiffre en baisse par rapport à l’année précédente : 66,8 %) et le manque de ponctualité (45,8 %).

Les sondés de la région parisienne présentent une part plus importante de piétons (40,9 %) et d’usagers de transports en commun (47,8 %) que la moyenne nationale (25,7 % et 21,1 % respectivement).

La région Ile-de-France compte également davantage d’utilisateurs de deux et trois-roues : 9,8 % de conducteurs de deux ou trois-roues thermiques (moyenne nationale : 6,6 %) et 5,4 % d’utilisateurs de deux ou trois-roues électriques (moyenne nationale : 3 %). C’est également en région parisienne que la part d’utilisateurs de transports « doux » électriques est la plus importante : 5,9 % d’utilisateurs de vélos à assistance électrique (moyenne nationale : 3 %) et 3 % de trottinettes à assistance électrique (moyenne nationale : 1,8 %).

Il apparait également que 83,4 % des actifs d’Ile-de-France utilisent un ou plusieurs services de mobilité proposés par leur entreprise (moyenne nationale : 76,2 %). Parmi eux, 45,5 % bénéficient du remboursement d’une partie des titres de transports en commun et 9,2% d’un remboursement intégral. Il s’agit de la première solution proposée par les entreprises et utilisée par les travailleurs d’Ile-de-France pour accompagner leur mobilité. 11,8 % bénéficient d’un remboursement des frais kilométriques forfaitaire (moyenne nationale : 14,2 %) et 6,6 % d’un remboursement au réel (moyenne nationale : 7,8 %), des chiffres inférieurs aux moyennes nationales, notamment parce que la voiture est moins utilisée par les actifs d’Ile-de-France. 9,4 % disposent d’un véhicule mis à leur disposition par leur entreprise de façon permanente (moyenne nationale : 13,6 %) et 4,8 % de façon ponctuelle en autopartage (moyenne nationale : 4,4 %). 1,7 % utilisent un système de mise en relation entre salariés effectuant le même trajet permettant de pratiquer le covoiturage (moyenne nationale : 3,5 %). Enfin, 2 % bénéficient de bornes de recharge électriques pour les vélos à assistance électrique (moyenne nationale : 3,4 %) et 3,9 % pour les voitures (moyenne nationale : 3,6 %).

Si en France, 28 % des actifs ont modifié leurs habitudes de travail depuis la fin du premier confinement, la part de concernés est plus importante en Ile-de-France où elle atteint 40,2 % des sondés. 15 % ont adopté des horaires décalés (moyenne nationale : 12 %), et 25,7 % pratiquent désormais le télétravail (moyenne nationale : 15 %).

Quelque 20,1 % des sondés franciliens ont par ailleurs modifié leur manière de se déplacer pour leurs trajets domicile-travail et leurs déplacements professionnels (moyenne nationale : 12 %). Parmi les changements mentionnés : 40 % des personnes pratiquent désormais la marche à pied, alors qu’ils ne le faisaient pas auparavant (moyenne nationale : 31 %) et 24 % font dorénavant usage d’un véhicule personnel ou de fonction (moyenne nationale : 42 %). Sont également davantage cités les transports en commun (20 %), malgré la promiscuité qu’ils imposent dans un contexte sanitaire qui nécessite une distanciation physique. En outre, 67,7 % des personnes ayant modifié leurs habitudes de déplacement professionnel l’ont fait sur initiative personnelle (moyenne nationale : 64 %), tandis que 38,3 % des changements sont le résultat d’une demande de leur employeur (moyenne nationale : 32 %).

AM-TODAY.COM (18/3/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.