Fermer
#Bosch - #Diesel - #Usine

Bosch prié d’investir pour sauver son usine de Rodez

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Des élus locaux ont appelé le groupe allemand Bosch à investir et à « faire des arbitrages » pour sauver son usine aveyronnaise de Rodez, frappée par la crise du diesel.

« Il appartient au groupe puissant que vous présidez d’assurer sa responsabilité d’industriel à l’égard d’un pays, la France, d’une Région, l’Occitanie et d’un territoire, l’Aveyron, qui ont su vous accueillir et participer au développement du site », écrivent les élus dans le courrier adressé au président de Bosch, Volkmar Denner.

« Le groupe Bosch doit faire les arbitrages pour renforcer la politique industrielle en Europe et voulue par les Etats. Or, depuis 30 ans, le site de Bursa en Turquie a été conforté jusqu’à 7 000 salariés et bénéficie encore d’investissements supplémentaires », poursuivent-ils.

La lettre est notamment signée par la présidente du conseil régional d’Occitanie Carole Delga, le président du conseil départemental de l’Aveyron Jean-François Gaillard et le président de Rodez Agglomération Christian Teyssedre.

« Nous vous invitons à investir sur le site d’Onet-le-Château pour conforter une usine dotée de machines-outils et robots modernes qui fait vivre tout un bassin d’emploi », ajoutent-ils. « Nous vous confirmons notre volonté de participer aux efforts de diversification vers de nouvelles filières (dont l’hydrogène), pour la formation des salariés ».

L’usine d’Onet-le-Château, près de Rodez, spécialisée dans la fabrication de bougies et d’injecteurs de moteur diesel, compte aujourd’hui 1 320 salariés.

Le site subit actuellement la baisse des ventes de voitures en raison de la crise sanitaire, mais surtout la remise en cause des moteurs thermiques et en particulier du diesel. Il reste toutefois le principal pourvoyeur d’emplois de l’agglomération de Rodez et le premier employeur privé du département.

AFP (25/11/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.