Fermer
#Circulation - #Etude - #Paris

A Paris, les mesures anti-voitures accusées d’être contre-productives

Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que la mairie veut exclure les automobiles du centre de la capitale, une nouvelle analyse de l’Institut des politiques publiques (IPP) montre que la fermeture des voies sur berges a déplacé la pollution sans vraiment la réduire.

L’IPP, un organisme de recherche indépendant créé par l’Ecole d’économie de Paris, s’est concentré sur une des décisions les plus emblématiques d’Anne Hidalgo, la fermeture à la circulation automobile, en 2016, d’un tronçon de 3,3 kilomètres de la voie rapide Georges-Pompidou, longeant la Seine d’ouest en est, en plein cœur de la ville. Raison principale invoquée : la lutte contre la pollution atmosphérique.

Jusqu’en 2016, cette route était empruntée par environ 40 000 véhicules par jour. Pour mesurer les conséquences de sa fermeture, les trois auteurs de l’étude ont analysé les données concernant la circulation sur le boulevard périphérique, surtout sa partie sud, un axe de report évident pour les automobilistes.

Les auteurs de l’étude sont les premiers à reconnaître les limites de leur travail, qui se focalise sur le périphérique, ne tient pas compte des autres avantages dont bénéficient les usagers de la zone piétonnisée, etc. « Il n’en demeure pas moins que nos résultats interrogent l’économie politique en toile de fond d’une telle décision, mise en œuvre par Paris mais affectant négativement les habitants des communes limitrophes », concluent-ils. En agissant pour que son centre soit « plus vert », la capitale laisserait ainsi certaines banlieues devenir « plus grises ».

MONDE (21/5/21)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.