Le

Le zoom éco de 15H30

Téléchargez
France

L’usage de la voiture personnelle est remis en question 1/2

L’observatoire société et consommation (Obsoco) a livré récemment les premiers résultats de son étude biennale consacrée aux mobilités...

L’observatoire société et consommation (Obsoco) a livré récemment les premiers résultats de son étude biennale consacrée aux mobilités émergentes. Si le modèle de la voiture personnelle reste dominant, il montre des signes d’essoufflement. Pour son édition 2018, l’observatoire des mobilités émergentes de l’Obsoco, jusqu’à présent limité à la France (4 000 sondés), s’est élargi à trois autres pays européens, à savoir l’Allemagne, l’Espagne et le Royaume-Uni (1 000 sondés chacun). Une enquête en ligne a été réalisée du 30 juillet au 23 août en partenariat avec le cabinet de conseil et de prospective Chronos. Sept profils d’usagers ont été identifiés : les captifs automobiles, les utilisateurs de deux-roues (motorisés ou non), les automobilistes métropolitains, les automobilistes agiles, les alternatifs actifs, les proximobiles et les néomobiles. Les captifs représentent environ 29 % du total.

L’objectif était d’analyser les variables à l’origine des différents comportements de mobilité. Pour cela, l’Obsoco s’est intéressé au taux de pénétration des mobilités émergentes, c’est-à-dire à la part de la population qui y a eu recours au quotidien au cours de l’année passée. Une grande partie des résultats concerne donc les déplacements domicile-travail, puisque sur une semaine type (hors week-end), ils représentent 55 % du temps total consacré aux déplacements chez les Européens et 59 % chez les Français. « Certains modes émergents sont déjà bien installés, comme le covoiturage ou le vélo, puisque 30 % des Européens les ont utilisés l’année passée », a expliqué Léa Marzloff, directrice veille et analyse stratégique chez Chronos, au magazine Flottes automobiles. « A l’échelle locale, les Allemands sont en pointe sur le vélo (56 %), les Anglais sur le VTC (57 %) et les Espagnols sur le car (46 %). Les Français sont moins en avance », a-t-elle ajouté.

Dans le détail, en Europe, la moyenne des personnes interrogées attribue la palme des mobilités émergentes au covoiturage sous toutes ses formes, avec 31 % de pénétration, certainement sous l’influence de la France, estime le Journalauto.com. Le vélo (30 %) occupe la seconde place du podium, suivi par le car (27 %). Le VTC pointe ensuite avec 20 % de pénétration, tandis que les objets de glisse urbaine (10 %) pèsent désormais plus que le vélo partagé (7 %), l’autopartage (5 %) et le deux-roues partagé (2 %).

Lire l'article complet

Retrouvez tous les zoom éco de 15h30